Taiwan People’s Food Bank Association (TPFBA) lutte contre le gaspillage alimentaire

TPFBA, l'initiative taïwanaise anti-gaspillage alimentaire. Une aventure durable pour un monde sans gaspillage et une alimentation équitable.
"La communauté de Hungpu dans le comté de Pingtung inaugure la Food Bank Ruby, devenant ainsi la quatrième banque alimentaire communautaire développée par notre association (2022/11/04) - Copyright : TPFBA

Partager l'article

Insidetaiwan.net a échangé avec Nancy Liu, secrétaire générale de la Taiwan People’s Food Bank Association (TPFBA). Découvrez le rôle essentiel de l’association et son engagement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire à Taïwan ainsi que les initiatives et les défis rencontrés pour bâtir un avenir plus durable et équitable.

Bonjour, pourriez-vous présenter la Taiwan People’s Food Bank Association et expliquer sa mission principale ?

La Taiwan People’s Food Bank Association (TPFBA) a été fondée en 2011 avec la vision de « No Waste, No Hunger » à Taïwan, nous sommes le seul membre certifié du « Global FoodBanking Network » à Taïwan et nous avons reçu le Silver Award du Ministère de l’Intérieur le 1er décembre 2021 pour notre contribution à l’excellence de l’aide publique nationale.

Afin de réduire le gaspillage alimentaire, TPFBA encourage le public à faire don de nourriture (excédentaire), qu’elle distribue ensuite gratuitement à raison de plus de 350 tonnes par an en moyenne par l’intermédiaire d’un réseau d’agences sociales collaboratives à but non lucratif comptant plus de 220 organisations bénéficiaires dans toute l’île de Taïwan.

En outre, TPFBA a lancé le programme « Suppléments nutritionnels pour les enfants des zones rurales » depuis 2016, en se concentrant sur les écoliers âgés de 7 à 15 ans qui ne bénéficient pas d’une nutrition adéquate. Le programme continue de desservir 14~18 écoles rurales avec environ 500 enfants par an ces derniers temps et a reçu le « Prix de la contribution à l’éducation nutritionnelle communautaire » de la Société de nutrition de Taïwan en 2019.

Conscients de la menace que le changement climatique fait peser sur la production alimentaire depuis quelques années à l’échelle mondiale, nous mettons également en œuvre le programme de « réhabilitation du millet de Taïwan » dans les écoles indigènes à partir de 2022 afin d’assurer l’éducation à l’alimentation et à l’agriculture.

Quelles sont les dernières statistiques disponibles sur les déchets alimentaires à Taïwan ?

Selon les statistiques de l’Agence de protection de l’environnement, la quantité de déchets alimentaires au cours des dix dernières années, de 2012 à 2021, Taïwan a jeté en moyenne près de 620 000 tonnes de nourriture par an, ce qui, si on le compare à une pile de seaux de 60 litres de déchets alimentaires, peut dépasser étonnament plus de 10 000 Taipei 101 en hauteur.

Bien que la quantité de déchets alimentaires diminue légèrement chaque année, tombant même à plus de 480 000 tonnes en 2021, si l’on considère l’état instable de l’augmentation de l’année précédente par rapport à 2019, sur une période de 10 ans, la quantité moyenne de déchets alimentaires créés par personne et par an à Taïwan est de 26 kilogrammes.

À votre avis, quelles sont les principales causes du gaspillage alimentaire à Taïwan ?

Dans les pays en développement, le gaspillage alimentaire est principalement dû aux limitations des équipements mécaniques, des transports et des infrastructures, et il s’agit d’une « perte alimentaire » involontaire. Ainsi dans les pays riches, la proportion de « pertes alimentaires » est faible et la proportion de « gaspillage alimentaire » intentionnel est élevée, généralement parce que les consommateurs achètent trop de nourriture ou pour des raisons esthétiques.

Dans les pays développés, dont Taïwan, les consommateurs jettent 30 à 40 % de la nourriture qu’ils achètent, mais seulement 5 à 16 % dans les pays pauvres. « Ceux qui ont les moyens d’acheter de la nourriture sont ceux qui en perdent le plus », explique Robert van Otterdijk, coordinateur du programme de conservation des aliments à la FAO.

Ceux qui ont les moyens d’acheter de la nourriture sont ceux qui en perdent le plus

Robert van Otterdijk, coordinateur du programme de conservation des aliments à la FAO

Avez-vous une idée de l’impact financier du gaspillage alimentaire ?

  • Augmenter le coût économique de la transformation des aliments.
  • Augmentation du coût d’exploitation du recyclage des déchets alimentaires.
  • Le problème de la répartition inégale des ressources se pose.
  • Augmentation du coût d’achat des denrées alimentaires et incidence sur le coût de la vie.
Nous, en collaboration avec des étudiants et des enseignants en nutrition universitaire, avons organisé une campagne de sensibilisation à la nutrition dans une école primaire. Sur la photo, un jeu classifiant les différentes variétés de légumineuses selon leur valeur nutritionnelle (2023/04/26) – Copyright : TPFBA

Quel est l’impact environnemental des déchets alimentaires à Taïwan ?

  • Augmentation de la charge environnementale.
  • Affecte l’écologie et entraîne une perte de biodiversité.
  • Consommation de ressources naturelles (eau, air, sol).
  • L’excédent libère des gaz nocifs (CO2).
  • Le processus de traitement des excédents génère des gaz nocifs (méthane).

Existe-t-il des réglementations pour lutter contre le gaspillage alimentaire ?

À Taïwan, le ministère de l’environnement est chargé de la gestion des déchets alimentaires, et la Food and Drug Administration (FDA) du ministère de la santé et des affaires sociales (MOHFW) continue de promouvoir la réduction des déchets alimentaires auprès de l’industrie de la restauration, en partant du principe qu’il faut respecter les lois et règlements relatifs à la protection de l’environnement, à la sécurité alimentaire et à l’hygiène.

Quels projets ou initiatives votre association a-t-elle mis en place pour lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Notre travail quotidien consiste à réduire le gaspillage alimentaire. Nous collectons donc les aliments (excédentaires) auprès de diverses sources dans tout le pays, y compris les supermarchés, les fabricants de produits alimentaires, les agriculteurs, les importateurs et les particuliers, etc. pour les transmettre à des coopératives et à des organisations sociales à but non lucratif dans le besoin.

En outre, notre projet « Incubation de banques alimentaires communautaires » a permis d’incuber avec succès 4 banques alimentaires communautaires depuis 2020. En plus de permettre à davantage de personnes de comprendre les fonctions des banques alimentaires, la nourriture peut être donnée à ces banques alimentaires communautaires de proximité, afin de lutter contre le gaspillage alimentaire.

Travaillez-vous en partenariat avec des autorités locales, des entreprises ou d’autres ONG ? Comment ces partenariats vous aident-ils à atteindre vos objectifs ?

Oui, TPFBA coopère avec plus de 220 organisations à but non lucratif de petite et moyenne taille à Taïwan, en partageant gratuitement les denrées alimentaires données. Les services proposés par ces organisations incluent le soutien aux personnes handicapées, aux familles et aux enfants défavorisés, aux personnes âgées de la communauté, aux sans-abri, etc. Grâce à de nombreux jumelages efficients, les aliments donnés peuvent être conservés et livrés avec précision aux personnes dans le besoin.

Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes confrontés dans votre lutte contre le gaspillage alimentaire ?

Depuis la création de TPFBA en 2011, nous avons constaté que la situation du gaspillage alimentaire ne s’est pas améliorée de manière significative comme nous l’avions prévu, et qu’elle continue d’augmenter chaque année à Taïwan. Même si la plupart des Taïwanais s’accordent à dire qu’il est inapproprié de gaspiller de la nourriture. Cependant, en raison de l’influence d’habitudes alimentaires et de comportements d’achat profondément ancrés, il est difficile de changer les choses en peu de temps.

Afin d’atteindre l’objectif 2030 des ODD, nous (en tant que banquiers alimentaires) pouvons faire plus en termes d’impact social concret, non seulement en collectant les surplus alimentaires, mais aussi en lançant des projets ; et même en plaidant pour une législation visant à promouvoir la valeur de la nourriture dans la vie quotidienne des gens.

Comment le public peut-il s’impliquer et soutenir vos efforts ?

Le public peut adopter et mettre en œuvre le concept des « 3R » pour prévenir le gaspillage alimentaire :

  1. Le premier est « Réduire » : acheter ce dont on a vraiment besoin. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) suggère également d’acheter davantage d’ingrédients locaux, afin de minimiser la perte de matières alimentaires au cours du long processus de stockage.
  2. Réutiliser : Les fruits et légumes qui ne répondent pas aux normes de consommation, également connus sous le nom de « fruits et légumes moches », sont souvent éliminés pour cause de gaspillage alimentaire. En réalité, ces aliments ont toujours la même valeur nutritionnelle et peuvent être vendus ou transformés à un prix inférieur.
  3. Enfin, il y a le « recyclage » : S’il y a des restes, ils peuvent être utilisés comme aliments pour le bétail ou comme engrais pour les cultures, avant d’être mis en décharge.

Et, bien sûr, il est toujours recommandé de demander un doggy bag de vos plats qui vous restent quand vous mangez dehors et de la ramener à la maison, ou de donner les excédents de nourriture aux banques alimentaires locales ou à quiconque en a besoin.

Comment votre travail aide-t-il les communautés défavorisées ou les personnes souffrant d’insécurité alimentaire à Taïwan ?

  • Nous coopérons avec des organisations à but non lucratif publiques et des écoles à travers Taïwan pour apporter les fournitures nécessaires aux organisations à but non lucratif en fonction des différents objectifs de service ciblés, afin d’aider rapidement et efficacement les personnes défavorisées.
  • Nous fournissons du matériel nutritionnel (lait stérilisé, céréales, noix) pour aider les écoliers des zones rurales à lutter contre la faim et les carences nutritionnelles cachées.

Pouvez-vous nous faire part de certaines de vos réussites ?

Comme indiqué dans la réponse à la première question, les principales différences entre notre banque alimentaire et les autres banques alimentaires sont les suivantes :

  • Nous sommes le seul membre certifié du « Global FoodBanking Network (GFN) » à Taiwan, qui doit être recertifié tous les deux ans pour conserver son éligibilité.
  • Le ministère de l’intérieur nous a décerné le prix d’argent en 2021 pour notre « contribution à l’excellence du bien-être public national ».
  • Nous avons reçu le « Community Nutrition Education Contribution Award » (prix de la contribution à l’éducation nutritionnelle communautaire) de la Nutrition Society of Taiwan en 2019.
  • Atteindre les objectifs des SDG (Sustainable Development Goals) aux points 2, 3, 4, 12, 13 et 17.

Quels sont vos plans ou objectifs à long terme ?

Comme le thème de la conférence annuelle du GFN (The Global FoodBanking Network) à Mexico en 2023 – « Le rôle changeant des banques alimentaires » – que ce soit une catastrophe naturelle ou causée par l’homme, les banques alimentaires devront être plus proactives, y compris dans la capacité d’examiner l’efficacité des modèles de production alimentaire existants, de populariser le concept de conservation des aliments et de promouvoir le concept de durabilité par l’éducation sur l’alimentation et l’agriculture.

Par conséquent, nos divers projets de mise en œuvre tels que les projets de nourriture précieuse pour chérir la nourriture et aider les autres, le kit d’alimentation pour les enfants en âge d’aller à l’école dans les écoles rurales, et l’incubation de la banque alimentaire communautaire, etc. seront toujours poursuivis, et nous espérons devenir un précurseur des banques alimentaires, avec une approche durable et avant-gardiste et la capacité d’agir en conséquence.

Pouvez-vous nous recommander des applications mobiles qui pourraient nous aider à lutter contre le gaspillage alimentaire au quotidien ?

Je connais quelques entreprises sociales telles que Efood, Tasteme, etc. qui ont développé des applications d’économie alimentaire fonctionnant sur la base d’une adhésion.

La pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté votre activité ou modifié l’ampleur du gaspillage alimentaire à Taïwan ?

Pendant la pandémie de COVID-19, de nombreux magasins et restaurants ont fermé leurs portes, ce qui a entraîné des dons massifs de marchandises et d’aliments frais aux banques alimentaires ; nous avons continué à travailler pour fournir des services, d’autant plus que nous connaissions des personnes dans le besoin. Parallèlement, nous avons également demandé à de grandes entreprises de faire des dons pour fournir plus de 4 000 boîtes de nourriture aux personnes qui sont en congé sans solde ou au chômage pendant cette grave pandémie.

Avez-vous un message spécifique ou un appel à l’action pour les francophones de Taïwan concernant le gaspillage alimentaire ?

Nous nous efforçons toujours de sensibiliser les Taïwanais au gaspillage alimentaire, ce qui nécessite de nombreuses discussions et activités, ainsi qu’une visibilité dans les médias. Sachant que la loi française interdit le gaspillage alimentaire dans les supermarchés depuis 2016, nous serions très heureux que les francophones se joignent à nous pour promouvoir le gaspillage alimentaire par le biais de la communication interculturelle !

Et si une entreprise française à Taiwan est intéressée pour nous rejoindre dans la promotion de la « Journée mondiale de l’alimentation » le 16 octobre de chaque année, qui a été initiée par la FAO des Nations Unies, ou pour mettre en œuvre la campagne alimentaire « No waste, No hunger » dans son entreprise, s’il vous plaît n’hésitez pas à nous contacter à tout moment.

Journée mondiale de l’alimentation 2023

Merci à Nancy Liu, secrétaire générale de Taiwan People’s Food Bank Association

Informations pratiques et contact :

Pour suivre, soutenir l’association, participez à ses activités, devenir partenaire ou faire un don :


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez-nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez-vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez-nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

03.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan