Lin Qianguang et la description de Taïwan au 17ème siècle : un voyage dans le temps

Lin Qianguang décrit le Taïwan du 17ème siècle : coutumes, architecture, rituels et vie des peuples indigènes.

Partager l'article

Lin Qianguang, originaire du comté de Changle dans la province de Fujian, occupait un poste d’officiel dans la préfecture de Taïwan de 1687 à 1691, mais vivait à Taïwan depuis plusieurs années. Il fut le premier enseignant confucéen de Taïwan sous la dynastie Qing. Au cours de cette période, il rédigea la « Chronique de la préfecture de Taïwan (台灣府志) », qu’il acheva en 1690, lors de la 29ème année du règne de Kangxi. Ce document constitue l’une des sources taïwanaises majeures du début de la dynastie Qing.

Vie et coutumes

Selon Lin, Taïwan était un lieu de hors-la-loi. La plupart des gens près de la capitale préfectorale étaient des habitants de Zhangzhou et de Quanzhou, et au-delà, il y avait principalement des barbares, qu’il décrivait comme des personnes obstinées et stupides, sans noms de famille ni sacrifices ancestraux. Ils ne possédaient pas de calendrier, ne connaissaient pas leur âge, n’avaient pas de termes pour désigner leurs grands-parents et pratiquaient la chasse aux têtes. Les hommes et les femmes ne portaient pas de chaussures et se couvraient le corps d’une chemise et d’un tissu pour le bas du corps.

Les femmes entouraient leurs mollets de tissu bleu et portaient des fleurs ou des herbes dans leurs cheveux. Les hommes dès l’âge de 14 ou 15 ans portaient des ceintures en rotin. Ils utilisaient de l’herbe fraîche pour teindre leurs dents en noir. Ils se perçaient les oreilles et se tatouaient le corps. Certains se tatouaient le corps avec des écritures occidentales (néerlandaises). Ils portaient des bracelets métalliques sur les bras, parfois jusqu’à dix, utilisaient des ailes d’oiseaux pour orner leurs épaules et suspendaient des coquillages à leurs cous.

Pour les officiels locaux, ils avaient un chef et ses adjoints, environ six ou sept personnes dans un grand village et trois ou quatre dans un petit village. Ils étaient divisés selon leurs familles dans la maison commune où les affaires étaient discutées. Les jeunes dormaient à l’extérieur. Certains savaient écrire les caractères occidentaux (néerlandais). Ils étaient appelés jiaoce et s’occupaient de la comptabilité.

Les filles étaient préférées car un garçon quittait la famille lors de son mariage. Lin rapportait des rituels de cour similaires à ceux décrits par Chen Di. Un festin était organisé pour les villageois lors du mariage. Le labour était effectué par l’épouse. Il était courant d’avoir plusieurs partenaires sexuels même en étant marié et il n’y avait pas de honte dans les activités sexuelles autour des enfants.

Architecture et mode de vie

Ils n’avaient pas de médecine mais se baignaient dans la rivière lorsqu’ils étaient malades. Pour eux Dashi (bodhisattva) les guérirait en mettant de la médecine dans l’eau. Ils se baignaient dans l’eau même en hiver. À la mort, ils ornaient la porte et divisaient les biens entre les survivants. Certains biens étaient enterrés avec le corps sous le lit. Après trois jours, le corps était sorti, de l’alcool était forcé dans sa gorge, et enterré sans cercueil. Si la famille déménageait, le corps était exhumé et réenterré sous la maison.

Leurs maisons étaient hautes de quatre ou cinq pieds sans cloisons entre l’avant et l’arrière. Elles étaient longues et étroites comme un bateau. Les poutres et les poteaux étaient peints de diverses couleurs. Ils gardaient le sol propre de toute saleté. Derrière la maison, ils plantaient des cocotiers et des bambous en bosquets denses pour éviter la chaleur. Ils n’avaient pas de linge de lit mais dormaient dans leurs vêtements. Il n’y avait pas de cuisine, à part un pot de cuisson avec un support à trois pieds sur le sol. Ils mangeaient de la bouillie autour du pot en prenant des portions avec une louche en noix de coco. Le riz était roulé en boules lorsqu’il était mangé. Ils fermentaient le riz en mâchant du riz cru en pâte puis en le mettant dans des tubes de bambou. Le riz et les vêtements étaient stockés dans des calebasses.

Ils se déplaçaient sur des chariots tirés par des bœufs. Ils traversaient les vallées montagneuses à l’aide de lianes et franchissaient les ruisseaux en sautant de rocher en rocher. Leurs lances mesuraient environ cinq pieds de long et étaient efficaces sur une distance de cent pas. Leurs arcs étaient faits de bambou et de chanvre. Les flèches étaient longues et aiguës mais sans plumes. Les champs étaient labourés lorsque l’herbe apparaissait au printemps et après le jour de la récolte en automne, ils disaient qu’une année était passée.

Plus profondément dans les montagnes, les gens « ressemblaient à des singes, mesurant moins de trois pieds de haut ». Lorsqu’ils étaient repérés, ils grimpaient au sommet des arbres. Ils avaient des arbalètes. Certains d’entre eux vivaient dans des trous.


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Laisser un commentaire

Notre page Instagram

Notre page Facebook

Newsletter

Recevez nos derniers articles par mail ainsi que du contenu exclusif.
Nous n’envoyons pas plus d’un mail par mois.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien présent dans nos emails.