Chen Di : le philologue voyageur et explorateur de Taïwan

Chen Di, philologue éminent de la dynastie Ming, explore et décrit Taïwan, capturant l'essence de sa culture aborigène.
Statue de Chen Di - Copyright : Wiki Commons

Partager l'article

Chen Di (陳第, 1541-1617), dont le nom de courtoisie est Jili (季立), fut un éminent philologue, stratège et explorateur chinois de la dynastie Ming. Né dans le comté de Lianjiang en Chine, il maîtrisait autant l’art de l’écriture que celui du combat. Ayant servi en tant que stratège sous les ordres de Qi Jiguang, parmi d’autres, pendant de longues années, il décida par la suite de se consacrer à la recherche et à l’exploration. Dans son ouvrage intitulé Dōng Fān Jì (東番記), daté de 1603, il relate une expédition à Taïwan et propose l’une des premières descriptions détaillées de l’île et de ses résidents.

L’évolution phonologique du vieux chinois selon Chen Di

Chen Di, en sa qualité de philologue, fut le premier à mettre en évidence que le vieux chinois disposait de son propre système phonologique. Il contesta la pratique courante du xiéyīn (諧音), une méthode consistant à modifier la prononciation habituelle d’un caractère dans un poème du Shi Jing pour qu’elle corresponde à la rime.

Sous les encouragements de son mentor, Jiao Hong (焦竑) (1540-1620), Chen Di rédigea Máoshī Gǔyīn Kǎo (毛詩古音考) et Qūsòng Gǔyīnyì (屈宋古音義). Ces ouvrages détaillaient les prononciations antiques de 650 caractères, déterminées par le biais d’homophones.

Ces conclusions découlaient d’une analyse approfondie des motifs de rimes présents dans le Shi Jing ainsi que dans d’autres textes anciens rimés, incluant le Yi Jing et les poésies de Qu Yuan. Dans la préface de son premier livre, Chen Di formula une déclaration qui est a traversé le temps :

« Entre le passé et le présent, entre le nord et le sud, l’évolution des caractères et le changement des sons sont inévitables. »
蓋時有古今,地有南北;字有更革,音有轉移,亦勢所必至.

Chen Di

Le récit de l’expédition de Chen Di à Taïwan en 1603

En janvier et février 1603, Chen Di se dirige vers Taïwan pour participer à une mission contre les redoutables pirates wokou. Grâce à l’efficacité du général Shen de Wuyu, les pirates wokou sont vaincus. Suite à cette victoire, Shen rencontre Damila, le chef des locaux, qui, en signe de gratitude pour les avoir libérés de la menace pirate, lui présente des cerfs et de la liqueur. Chen Di, témoin de ces événements marquants, immortalise cette expédition en rédigeant un ouvrage intitulé Dongfanji (Récit des barbares de l’Est).

La vie traditionnelle des aborigènes selon Chen

Habitat et organisation sociale

D’après Chen, les aborigènes, qu’il désignait comme « Barbaresques orientaux », étaient établis sur une île au-delà de Penghu. Ils résidaient dans diverses localités, notamment Wanggang, Jialaowan, Dayuan (une autre appellation pour Taïwan), Yaogang, et bien d’autres. Leur territoire, vaste de plusieurs milliers de li, était composé de villages où les habitants vivaient en petits groupes, allant de cinq cents à mille individus.

Ces communautés n’avaient pas de chef désigné. Au lieu de cela, l’individu ayant le plus d’enfants était respecté et considéré comme un leader. Le quotidien des habitants était animé : ils aimaient courir et se battre pendant leur temps libre. Leurs pieds étaient tellement solides qu’ils pouvaient marcher sur des broussailles épineuses, et Chen les comparait à des chevaux en termes de vitesse. En cas de conflits entre villages, des guerriers étaient envoyés pour combattre à une date fixée, mais ces affrontements se résolvaient sans rancune durable. La chasse aux têtes était courante, et les voleurs étaient exécutés sur les autels villageois.

Vêtements et coutumes

Les conditions climatiques étaient telles que les hivers étaient chauds, rendant inutile le port de vêtements. Les femmes arboraient des jupes confectionnées à partir d’herbes tressées, ne couvrant que leur partie inférieure. Les hommes avaient l’habitude de se couper les cheveux, contrairement aux femmes.

Les ornements corporels étaient aussi courants : pendant que les hommes se perçaient les oreilles, les femmes ornaient leurs dents. Chen observait que les femmes, robustes et travailleuses, étaient souvent plus actives que les hommes. Ces derniers avaient tendance à mener une vie plus oisive. Le peuple n’avait ni calendrier ni système d’écriture, basant sa notion du temps sur les cycles lunaires.

Habitat et traditions matrimoniales

Les maisons étaient principalement construites en chaume et en bambou. Chaque tribu disposait d’une maison commune où logeaient tous les jeunes hommes célibataires, lieu central pour les discussions importantes. Les rituels matrimoniaux étaient uniques : un homme intéressé par une femme lui offrait une paire de perles d’agate. Si elle acceptait, il lui rendait visite la nuit, jouant un instrument nommé kouqin pour signifier son intention.

Si elle consentait, il restait chez elle. À la naissance d’un enfant, la femme amenait l’homme dans sa famille où il vivait et les soutenait. Les filles étaient très valorisées dans cette société. Alors que les hommes pouvaient se remarier après le décès de leur épouse, les femmes n’avaient pas ce droit. Les défunts étaient momifiés et enterrés sous les maisons familiales, qui étaient ensuite reconstruites au-dessus.

Pratiques agricoles et alimentaires traditionnelles

L’agriculture était principalement basée sur des champs non irrigués. Avant de cultiver, les terrains étaient défrichés à l’aide du feu. Lorsque les fleurs montagnardes commençaient à fleurir, ils labouraient leurs champs. Dès que les céréales étaient mûres, ils les récoltaient. Leur alimentation céréalière comprenait le soja, les lentilles, le sésame et l’orge perlé, mais pas le blé. Parmi les légumes, ils consommaient des oignons, du gingembre, des patates douces et du taro.

En ce qui concerne les fruits, leur choix se portait sur des noix de coco, des kakis, des cédrats et de la canne à sucre. Le riz qu’ils cultivaient se distinguait par des grains plus longs et savoureux que ceux que Chen connaissait. Ils avaient également l’habitude de fermenter des herbes avec du riz pour produire une liqueur. Durant les banquets, cette liqueur était servie dans des tubes de bambou, sans accompagner de nourriture. Ces moments étaient animés de danses et de chants.

En matière d’élevage, ils domestiquaient des chats, des chiens, des cochons et des poulets. Cependant, ils ne possédaient ni chevaux, ânes, bovins, moutons, oies, ni cerfs. La faune sauvage était abondante dans les montagnes, avec la présence de tigres, ours, léopards et cerfs sauvages qui se déplaçaient souvent en grands troupeaux.

La chasse, principalement axée sur les cerfs et les tigres, était courante. Les cerfs étaient chassés à l’aide de lances confectionnées à partir de bambou et de pointes de fer, principalement en hiver lorsque les troupeaux descendaient des montagnes. Leur alimentation comprenait de la viande de cerf et de porc, mais curieusement, ils ne consommaient pas de poulet.

Pirates wokou contres chinois – Copyright : Wiki Commons

Interactions et échanges avec l’extérieur

Bien qu’installés sur une île, ces habitants ne disposaient pas de bateaux et éprouvaient une réelle crainte envers la mer. Leur pêche se limitait donc aux petits cours d’eau. Ils n’entretenaient pas de relations avec des peuples extérieurs à Taïwan, à l’exception des Chinois. Durant la période Yongle (1403-1424), Zheng He a présenté un édit impérial destiné aux Barbares de l’Est.

Cependant, les autochtones de Taïwan ont préféré se cacher, refusant toute soumission. En signe de soumission, les familles reçurent des cloches en laiton à porter autour du cou, symbolisant leur statut inférieur. Malgré cela, elles chérissaient ces cloches comme des trésors et les transmettaient de génération en génération.

Dans les années 1560, des pirates wokou attaquèrent les indigènes de Taïwan avec des armes à feu, les contraignant à se réfugier dans les montagnes. Après cet événement, des contacts furent établis avec la Chine. Les Chinois des ports tels que Huimin, Chonglong et Lieyu, situés à Zhangzhou et Quanzhou, prirent le temps d’apprendre les langues des insulaires pour faciliter les échanges commerciaux.

Ces échanges étaient principalement basés sur des trocs : des perles d’agate, de la porcelaine, des textiles, du sel et des objets en laiton étaient troqués contre de la viande, des peaux et des cornes de cerf. Les insulaires recevaient des vêtements chinois qu’ils portaient uniquement lors de leurs interactions avec les Chinois, avant de les ranger soigneusement. Chen notait que le mode de vie des insulaires, sans chapeaux ni chaussures et avec une tenue minimale, était simple et sans artifices.

La vie et les contributions de Chen Di à la compréhension de Taïwan et de son peuple sont inestimables. Grâce à ses écrits, nous avons un aperçu précieux de la culture taïwanaise à l’époque de la dynastie Ming.


Plongez dans le tourbillon de l’histoire taïwanaise avec nos articles pétillants !


Abonnez-vous à notre newsletter et soyez le premier à découvrir des anecdotes étonnantes sur Taïwan !

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

    Voir toutes les publications

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

01.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés