Les trois communiqués conjoints des États-Unis et de la Chine : La base politique des relations sino-américaines

Que sont les 3 communiqués conjoints sino-américains et leur impact sur les relations sino-américaines et la politique d'une seule Chine ?
Nixon à Shanghai - Copyright : Wiki Commons

Partager l'article

Les Trois Communiqués conjoints désignent le nom collectif de trois déclarations diplomatiques publiées conjointement par le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement des États-Unis d’Amérique :

28 février 1972 Communiqué de Shanghai
1er janvier 1979 Communiqué sur l’établissement des relations diplomatiques
17 août 1982 Communiqué du 17 août

Ces trois communiqués ont constitué une base importante pour l’ouverture du dialogue et la normalisation des relations entre les deux parties pendant la guerre froide, et l’importance de la partie concernant Taïwan est encore plus évidente aujourd’hui.

Le gouvernement américain affirme que sa politique diplomatique d’une seule Chine est basée sur les trois communiqués conjoints des communiqués conjoints entre les États-Unis et la Chine, les six garanties et la loi sur les relations avec Taïwan, mais nie que la signature des trois communiqués conjoints représente le soutien des États-Unis au principe d’une seule Chine prôné par la République populaire de Chine.

Communiqué de Shanghai

Le premier communiqué conjoint, le communiqué de Shanghai, connu sous le nom de communiqué conjoint de la République populaire de Chine et des États-Unis d’Amérique, a été signé le 28 février 1972 par le président américain Richard M. Nixon et le premier ministre Zhou Enlai du Conseil d’État de la République populaire de Chine à Shanghai, lors de la visite du président américain en Chine. La particularité de ce communiqué conjoint réside dans le fait que les deux parties n’ont pas commencé par éluder leurs divergences de vues respectives. Le document expose les différents points de vue des deux parties, puis exprime la volonté des deux parties de respecter la position de l’autre. Il précise ensuite le consensus auquel les deux parties sont parvenues.

Les principaux éléments du communiqué de Shanghai :

  • Les points de vue différents des deux parties sur la question du Viêt Nam et la situation politique dans d’autres parties de l’Asie ;
  • La normalisation des relations sino-américaines est dans l’intérêt des deux parties ;
  • Les différends internationaux doivent être résolus sur la base du respect de la souveraineté, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, etc. Les deux parties s’opposent à ce qu’un pays établisse une hégémonie en Asie ou divise l’étendue de ses intérêts dans le monde ;
  • La Chine s’oppose fermement à toute tentative de créer « une Chine, une Taïwan », « une Chine, deux gouvernements », « deux Chines », « l’indépendance de Taïwan », et à tout plaidoyer en faveur de « l’indépendance de Taïwan ». « Les États-Unis reconnaissent que les États-Unis ont une vision claire du statut de Taïwan ;
  • La partie américaine reconnaît que tous les Chinois des deux côtés du détroit de Taiwan insistent sur le fait qu’il n’y a qu’une seule Chine et que Taiwan fait partie de la Chine, et ne remet pas en cause cette position, et réaffirme son intérêt pour une résolution pacifique de la question de Taïwan par le peuple chinois lui-même. Et réduira progressivement le nombre d’installations militaires et de forces armées américaines à Taïwan à mesure que les tensions régionales s’apaiseront ;
  • Développer les échanges civils et les contacts entre les deux parties afin de faciliter le commerce bilatéral ;
  • Le maintien d’un réseau de contacts.

Conséquence du communiqué de Shanghai

Le communiqué de Shanghai est le principal résultat de la visite de Nixon en Chine en 1972 et représente une relative détente dans les relations sino-américaines. Les États-Unis se sont appuyés sur le gouvernement de la République populaire de Chine pour isoler davantage l’URSS et ses États satellites sur le plan international et pour tirer parti de la scission sino-soviétique afin de renforcer la sécurité nationale des États-Unis.

Bien que Pékin et Washington aient des idéologies différentes, les dirigeants de la République populaire de Chine pensaient qu’en raison de la géographie, l’Union soviétique restait la plus grande menace pour le gouvernement de la République populaire de Chine, et qu’il était donc avantageux d’améliorer les relations avec les États-Unis. Aujourd’hui, pour les Chinois, la plus grande importance du communiqué de Shanghai est que, pour la première fois, les États-Unis ont officiellement déclaré qu’ils ne remettraient pas en cause la position d’une seule Chine.

La signature du communiqué de Shanghai a également entraîné le retrait progressif des troupes américaines de Taïwan. Selon le commandement américain de la défense de Taïwan (USTDC), environ 10 000 soldats américains étaient stationnés à Taïwan en 1970 et, en 1974, il n’en restait plus que 5 800.

En réponse au communiqué de Shanghai, Nixon aurait donné plusieurs assurances à l’ambassadeur de la République de Chine (ROC), Shen Jianhong, au sujet de la ROC :

  • Les États-Unis sont déterminés à honorer leurs engagements envers Shen Jianhong.
  • Le communiqué de Shanghai n’est pas un traité
  • En qualifiant spécifiquement Taïwan de « partie de la Chine » pour éviter de la décrire avec un statut « subordonné à la République populaire de Chine », les Etats Unis entretiennent le flou.
  • La position des États-Unis a toujours été que la question de Taïwan devait être résolue par des moyens pacifiques.
  • Pas de discussion approfondie avec Zhou Enlai sur l’utilisation de la force par le Parti communiste chinois contre Taïwan.

Communiqué sur l’établissement de relations diplomatiques

Le communiqué sur l’établissement de relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et les États-Unis d’Amérique, connu sous le nom de communiqué conjoint de la République populaire de Chine et des États-Unis d’Amérique sur l’établissement de relations diplomatiques, est entré en vigueur le 1er janvier 1979, annonçant l’établissement de relations diplomatiques complètes entre les deux parties.

Dans ce communiqué, les États-Unis reconnaissent pour la première fois que « le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime de la Chine », tout en conservant des contacts officieux avec Taïwan. Pour être précis, les États-Unis ont reconnu que le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime de la Chine, ou « reconnu » (« 承认 » dans la version chinoise des signatures des deux parties, mais « acknowledge » dans la version anglaise)

The United States of America recognizes the Government of the People’s Republic of China as the sole legal Government of China. … The Government of the United States of America acknowledges the Chinese position that there is but one China and Taiwan is part of China.

Version américaine du communiqué

美利坚合众国承认中华人民共和国政府是中国的唯一合法政府。…… 美利坚合众国政府承认中国的立场,即只有一个中国,台湾是中国的一部分。

Version chinoise du communiqué


La différence entre « acknowledge » et « recognize » repose souvent sur la nuance et le contexte d’utilisation de ces termes :

  • Acknowledge (reconnaître, admettre) : Ce verbe s’utilise généralement pour indiquer qu’une personne accepte l’existence, la vérité ou la validité de quelque chose sans nécessairement l’endosser pleinement ou lui donner une légitimité formelle. Par exemple, lorsqu’on dit qu’un gouvernement « acknowledges » qu’un autre État contrôle un territoire, cela signifie qu’il admet ce fait, mais sans nécessairement approuver ou légitimer la situation officiellement.
  • Recognize (reconnaître) : Ce terme implique une acceptation ou une affirmation officielle qui confère une certaine légitimité ou un statut formel. Lorsqu’un gouvernement « recognizes » un autre État, cela signifie qu’il lui accorde officiellement une reconnaissance diplomatique et accepte son statut légal et sa souveraineté.

En résumé, « acknowledge » peut être perçu comme une reconnaissance de fait, souvent utilisée dans un sens plus neutre ou passif, tandis que « recognize » implique une reconnaissance plus active et formelle qui peut entraîner des conséquences juridiques et diplomatiques. Ainsi durant la phase de relecture finale avant la signature du communiqué, Zhang Wenjin, alors Vice-ministre des Affaires étrangères de la Chine, a harmonisé le terme chinois à « 承认 » pour l’aligner avec « recognizes », reflétant les intérêts du gouvernement chinois. Malgré la conscience de cette modification par les diplomates américains, les gouvernements américains successifs ont maintenu qu’ils reconnaissaient uniquement la formule « il n’y a qu’une seule Chine et Taïwan en fait partie », considérant seulement le texte anglais comme contraignant. En revanche, le gouvernement chinois soutient que le texte chinois a également force obligatoire, exigeant ainsi que les États-Unis acceptent et reconnaissent cette vision.

Les deux parties ont réaffirmé leur consensus contre l’établissement d’une hégémonie par un pays quelconque en Asie, ce qui implique une position commune contre l’Union soviétique.

Le communiqué établissant les relations diplomatiques, publié à la veille de la visite de Deng Xiaoping aux États-Unis, a renforcé la légitimité internationale de la RPC et a été considéré comme une victoire diplomatique. Pour le gouvernement de la ROC, qui insiste toujours sur sa souveraineté sur l’ensemble de la Chine, il s’agit d’un nouveau coup dur porté après la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations unies.

Communiqué du 17 août

Le communiqué du 17 août, connu sous le nom de « Annonce des États-Unis et de la Chine sur le règlement de la question de la vente d’armes par les États-Unis à Taïwan », a été signé le 17 août 1982, les deux parties s’assurant mutuellement que la situation à Taïwan devait évoluer vers un règlement pacifique.

Mais il a également été le plus controversé des trois communiqués conjoints, la partie chinoise ayant toujours estimé que la partie américaine n’avait pas respecté la promesse du communiqué selon laquelle les États-Unis devaient « réduire progressivement leurs ventes d’armes à Taïwan et, au fil du temps, aboutir à un règlement définitif ». L’objectif ultime du communiqué était de mettre un terme à la vente d’armes par les États-Unis à Taïwan, une question qui n’avait pas été résolue dans le communiqué de Shanghai ou le communiqué sur l’établissement des relations diplomatiques, et sur laquelle les deux parties s’étaient contentées d’exposer leurs positions respectives sans parvenir à un consensus.

Toutefois, dans le communiqué, outre le fait que la partie américaine a souligné pour la première fois qu’elle réduirait progressivement les ventes d’armes à Taïwan, la partie chinoise a réitéré qu’elle « s’efforcerait de résoudre pacifiquement la question de Taïwan », ce que la partie américaine a également « apprécié ».

Dans le communiqué, les États-Unis ont pris des engagements clairs sur les ventes d’armes à Taïwan, dont les trois plus importants sont les suivants :

  • Les armes vendues à Taïwan ne dépasseront pas en performance et en quantité les niveaux fournis ces dernières années après l’établissement des relations diplomatiques entre les États-Unis et la Chine ;
  • Être prêt à réduire progressivement ses ventes d’armes à Taïwan ;
  • Un règlement définitif au fil du temps.

Interprétation du communiqué conjoint du 17 août par le président Ronald Reagan

Parallèlement à la publication du communiqué du 17 août, le gouvernement américain a présenté, le 18 août, six garanties sous la forme d’une note de contenu unilatérale au communiqué du 17 août. Selon ces 6 garanties les Etats-Unis :

  1. N’ont pas accepté de fixer une date pour mettre fin aux ventes d’armes à Taïwan ;
  2. N’ont pas accepté de consulter la RPC sur les ventes d’armes à Taïwan ;
  3. Ne joueront pas de rôle de médiation entre Taipei et Pékin ;
  4. N’ont pas accepté de réviser le Taiwan Relations Act ;
  5. N’ont pas modifié leur position concernant la souveraineté sur Taïwan ;
  6. Ne feront pas pression sur Taïwan pour qu’il négocie avec la République populaire de Chine.

Le 30 août 2019, un document interne déclassifié par la Maison Blanche a révélé la clé de la poursuite des ventes d’armes américaines à Taïwan : le 17 août 1982, jour de la signature du communiqué du 17 août, le président américain de l’époque, M. Reagan, a envoyé un mémo au secrétaire d’État américain de l’époque, M. Shultz, et au secrétaire américain à la défense, M. Weinberg, qui mentionnait que la volonté des États-Unis de réduire leurs ventes d’armes à Taïwan était subordonnée à la poursuite par la Chine d’un processus de paix avec Taïwan, et qu’il n’y avait pas de lien entre ces deux questions.

Le lien entre ces deux questions est une considération permanente et nécessaire pour la politique étrangère des États-Unis. Le mémorandum précise également que les performances et la quantité d’armes américaines fournies à Taïwan reposent uniquement sur la menace que la RPC fait peser sur Taïwan, et que la capacité de défense de Taïwan doit être maintenue tant en termes de quantité que de performances.

Le 31 août 2020, l’American Institute in Taiwan (AIT) a publié deux câbles déclassifiés. Le premier, daté du 10 juillet 1982, a été envoyé par Lawrence Eagleburger, alors sous-secrétaire d’État, à Jie-Ming Lee, alors directeur de l’AIT, et donne l’interprétation américaine du communiqué conjoint du 17 août 1982 en ce qui concerne les ventes d’armes à Taïwan. Le câble indiquait que la volonté des États-Unis de réduire progressivement les ventes d’armes à Taïwan dépendait de l’engagement continu de la République populaire de Chine à résoudre pacifiquement les différends entre les deux rives du détroit. Si la République populaire de Chine adopte une attitude hostile et agressive ou se dote de capacités de projection militaire qui contribuent à l’insécurité ou à l’instabilité régionale, les États-Unis augmenteront leurs ventes d’armes à Taïwan.


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

05.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés