Le webzine francophone
de Taïwan

Le Mois des Fantômes : origines et légendes

Découvrez les origines de la fête des fantômes affamés, un riche héritage de traditions bouddhistes et taoïstes.

Partager l'article

Zhong Yuan Jie (中元节), également connu sous le nom de Hungry Ghost Festival (Fête des fantômes affamés), tombe traditionnellement le 15e jour du septième mois du calendrier lunaire. À Taïwan, la fête est observée tout au long du septième mois lunaire. Mais savez vous d’où vient cette tradition et de quelles légendes est elle née ? Non. Pas de panique ! Insidetaiwan.net vous propose de remonter aux origines de ce festival et d’en apprendre plus sur cette célébration importante à Taïwan

Origine et signification

L’origine et la signification de la fête des fantômes affamés diffèrent entre les taoïstes et les bouddhistes. Les taoïstes s’attachent à apaiser les âmes errantes libérées du monde souterrain, tandis que les bouddhistes mettent l’accent sur la piété filiale. A Taïwan elle est célébrée depuis que de nombreuses vagues d’immigrations chinoises ont peuplé l’île. Ils ont amené avec eux une partie de leur culture et de leur célébrations. En effet les Chinois célèbrent cette fête depuis la dynastie des Han de l’Est (25-220).

Les croyances taoïstes

Selon les croyances taoïstes traditionnelles, le destin de l’humanité est contrôlé par trois divinités : Tian Guan Da Di, souverain du ciel, qui accorde le bonheur ; Di Guan Da Di, souverain de la terre, qui pardonne les péchés ; et Shui Guan Da Di, souverain de l’eau, qui atténue les dangers. Shang Yuan Jie, qui tombe le 15e jour du premier mois lunaire, et Xia Yuan Jie, le 15e jour du dixième mois lunaire, sont les anniversaires respectifs des souverains du ciel et de l’eau. Zhong Yuan Jie, qui tombe le 15e jour du septième mois lunaire, est l’anniversaire de Di Guan Da Di, qui descend sur terre ce jour-là pour enregistrer les bonnes et les mauvaises actions de chaque être humain.

Offrandes dans la rue – Copyright : Taipei Times

Au cours du septième mois lunaire, les portes de l’enfer sont ouvertes et les fantômes affamés sont libérés du monde souterrain pour errer sur terre parmi les humains et chercher de la nourriture. Traditionnellement, au cours de ce mois, les prêtres taoïstes accomplissent des rites et font des offrandes de nourriture, tandis que les dévots se rendent dans les temples pour se repentir de leurs péchés, ainsi que pour prier afin d’être heureux et d’éviter les désastres.

Les croyances bouddhistes

Les bouddhistes, quant à eux, célèbrent traditionnellement la fête des fantômes affamés sous le nom de fête de Yu Lan Pen (盂兰盆). Yu Lan Pen est une translittération du nom sanskrit du festival bouddhiste Ullambana. Le mot signifie « suspendu à l’envers » en chinois, tandis que pen désigne dans ce contexte un récipient rempli d’offrandes alimentaires. Yu lan pen désigne donc un récipient rempli d’offrandes destinées à sauver les ancêtres d’une suspension dans la souffrance au purgatoire. Le festival, qui trouve son origine dans l’histoire de Mu Lian, commémore sa piété filiale envers sa mère. La légende serait également à l’origine de la coutume chinoise consistant à faire des offrandes et à prier pour ses ancêtres au cours de ce festival annuel.

Légendes fondatrices

Comme pour beaucoup de festival et de célébrations, ils existent beaucoup de mythes fondateurs. Cependant deux d’entre eux sont plus connus et plus populaires que les autres.

Mu Lian et la piété filiale

Selon la légende, la fête de Yu Lan Pen trouve son origine dans la tentative de Mu Lian, un disciple de Bouddha, de sauver sa mère de la torture de l’enfer. Sa mère, qui était végétarienne, avait consommé de la soupe à la viande sans le savoir et avait été condamnée à l’enfer. Mu Lian a essayé de localiser sa mère décédée dans l’autre monde et l’a trouvée parmi les fantômes affamés. Dans une version de l’histoire, Mu Lian a essayé de nourrir sa mère affamée, mais la nourriture a été saisie par d’autres fantômes affamés.

Mu Lian et sa mère en enfer – Copyright : Wiki Commons

Dans une autre version, il lui a envoyé un bol de riz en guise d’offrande, mais la nourriture s’est transformée en charbons ardents avant d’entrer dans sa bouche. Mu Lian a demandé l’aide de Bouddha, qui est intervenu et a enseigné à Mu Lian à faire des offrandes de prières spéciales et de nourriture. Ce n’est qu’à ce moment-là que la mère de Mu Lian a été soulagée de ses souffrances de fantôme affamé.

Le roi dragon des mers orientales

Une légende moins connue sur l’origine de la fête des fantômes affamés s’est déroulée sous la dynastie Tang. La légende parle du roi dragon des mers orientales, qui était jaloux de Li Liang Feng, un célèbre diseur de bonne aventure. Lorsque Li affirma avec vantardise que personne ne pouvait prouver que ses prédictions étaient fausses, le roi dragon fut furieux. Pour discréditer Li, il mit en œuvre un plan qui consistait à désobéir à un ordre du roi des cieux. Malheureusement, le plan a été découvert et le roi dragon a été condamné à mort.

Les rois dragons – Copyright : Wiki Commons

Le roi dragon demanda alors de l’aide à l’empereur Tang Taizong. Pris de pitié pour lui, l’empereur promit de faire ce qu’il pouvait et élabora un plan pour sauver la vie du roi dragon. Ce plan n’aboutit cependant pas. Peu de temps après sa mort, le roi dragon chercha à nouveau l’empereur Tang dans un rêve. Il reprocha à l’empereur de ne pas avoir tenu sa promesse, ce qui l’avait conduit à devenir un esprit errant. Dès le lendemain, le 15e jour du septième mois lunaire, l’empereur Tang ordonna à tous les prêtres bouddhistes et taoïstes de la capitale d’offrir des prières, de la nourriture et des boissons au roi dragon, ce qui marqua le début de la fête du fantôme affamé.

Pour découvrir d’autres fêtes taïwanaises abonnez vous à notre newsletter. Et lisez nos articles dédiés pour en apprendre plus sur Taïwan.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Laisser un commentaire