AVEC Taïwan : promouvoir la francophonie et la culture française à Taïwan

AVEC Taïwan soutient l'apprentissage du français et la culture française auprès des jeunes francophones à Taiwan
Ateliers sensoriels avec Antoine - Copyright : AVEC

Partager l'article

Nous vous invitons aujourd’hui à découvrir une initiative qui œuvre pour la promotion de la langue et de la culture françaises à Taïwan : l’association AVEC Taïwan. Reconnue par les ministères de l’Éducation et de la Culture, cette association franco-taïwanaise s’engage à offrir aux enfants francophones des opportunités enrichissantes pour pratiquer, apprendre et échanger en français.

Pouvez-vous nous donner une brève présentation de l’association AVEC Taïwan ?

« L’AVenue des petites EColes » (AVEC en abrégé) est une association française à but non lucratif de loi 1901 et Taiwanaise reconnue par les ministères de l’Education et de la Culture qui a pour objectif de participer à l’apprentissage de la langue et de la culture françaises auprès d’un jeune public francophone principalement scolarisé dans les écoles locales ou anglophones pour leur permettre de pratiquer, d’apprendre et d’échanger avec d’autres enfants en français en dehors du cadre familial.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer une association destinée aux enfants francophones scolarisés à Taiwan ?

L’association a été créée à la suite de sollicitations de parents qui cherchaient un lieu et des activités pour l’apprentissage du français pour leurs enfants, signifiant ainsi un réel besoin à Taiwan. Des activités bénévoles ont donc été organisées pour regrouper les familles francophones dans un premier temps puis ont évolué vers des journées entières de cours (les jeudis) et des ateliers (les samedi) qui sont devenus le nouveau cœur de l’association.

Pourriez-vous expliquer plus en détail votre programme de cours de français ? Comment intégrez-vous les éléments ludiques et académiques ?

Pour la journée du jeudi, il n’y a pas de programme académique précis mais un encouragement à la découverte culturelle, linguistique et sensorielle en français à travers des activités liées à la nature car nous nous adressons à un public très jeune (3-5 ans). Le samedi matin également, même chose mais sur un format plus court d’1h30 par activité. Nous avons à disposition énormément de jeux et livres, tout en français, dans notre classe. L’après-midi pour les plus grands (6-9 ans), nous avons un cours « Apprentissage Lecture-Ecriture », plus académique mais que nous tâchons de garder un minimum ludique en intégrant quelques jeux utiles à l’apprentissage.

Comment vos ateliers de découverte du français contribuent-ils à l’expérience d’apprentissage globale de l’enfant ?

Dans la mesure où l’enfant est issu d’une famille francophone ou semi-francophone, ou tire son expérience de séjour de longue durée en France ; les activités vont entrer en résonnance avec ses connaissances et les stimuler par les interactions avec les autres enfants francophones, enrichir son bagage culturel et linguistique avec l’enseignant. Cela aura pour finalité de l’encourager à communiquer et à progresser en français car parfois les enfants grandissent dans un environnement sinophone, le chinois ou l’anglais étant aussi souvent parlés à la maison.

Les enfants ont donc beau être issu d’une famille avec un parent francophone, reste que le français est parfois une « chose » bizarre dont l’enfant ne perçoit pas l’utilité immédiate au-delà de pouvoir (ou « devoir ») communiquer avec papa ou maman. L’immersion dans les cours AVEC permet aux enfants de réaliser que le français, est bien une « langue », parlée par d’autres, et qu’elle peut se révéler utile.

AVEC permet aux enfants de réaliser que le français, est bien une « langue », parlée par d’autres

Pouvez-vous parler de la bibliothèque/médiathèque que vous proposez ? Comment contribue-t-elle à l’apprentissage de la langue française ?

Les Livres et DVD sont à la disposition des enfants pendant les Ateliers pour accompagner les cours en fonction des âges, mais aussi peuvent être empruntés après les ateliers pour poursuivre l’expérience du Français à la maison selon les besoins et des désirs de chaque enfant.

Comment avez-vous obtenu le label FLAM et qu’est-ce que cela signifie pour votre association ?

Le label FLAM (Français LAngue Maternelle) vise à soutenir des associations qui proposent des activités autour de la pratique du français en tant que langue maternelle, dans un contexte extrascolaire, à des enfants français à l’étranger, non scolarisés dans un établissement local d’enseignement français, pour l’obtenir l’association doit répondre à plusieurs critères ; l’association doit dûment être constituée, à but non lucratif, et avoir pour but principal la pratique de la langue française et donc organiser localement des activités régulières et fréquentes autour de la langue française et des cultures française ou francophone. Le label permet surtout d’augmenter la visibilité de l’association et d’assurer une légitimité dans sa mission.

Un autre atelier sensoriel avec Antoine – Copyright : AVEC

En quoi votre programme pédagogique suit-il les recommandations de l’Éducation Nationale française ? Et de quelle manière les enseignants gardent-ils leur autonomie pédagogique ?

N’étant pas une école mais une association, les enseignants n’ont pas à suivre le programme de l’éducation nationale et ont toute autonomie pédagogique pour assurer la mission de l’association : la pratique de la langue française.

Quels ont été les plus grands succès de l’association jusqu’à présent ?

Si le projet existe et a su perdurer à travers les années c’est que les parents et les enfants sont satisfaits des activités proposées. Que les enfants soit heureux et plus à l’aise avec la langue française reste le plus grand succès de l’association.

Quels sont les principaux défis auxquels l’association est confrontée dans l’accomplissement de sa mission ?

Le principal défi est l’implication des membres et des parents au sein de l’association, car comme tout projet associatif elle se base sur la participation des membres, qui malheureusement aujourd’hui, sont de moins en moins nombreux ; dans le passé le bénévolat a pu permettre de développer les activités et les ateliers gratuits, mais aujourd’hui il se fait de plus en plus rare. Le défi est donc de sensibiliser les parents pour faire perdurer les activités pour leurs enfants et au-delà de leurs enfants.

En quoi votre approche de l’enseignement du français diffère-t-elle des institutions officielles comme Le Lift, le TES ou l’Alliance Française ?

AVEC est une association, pas une école et ses activités n’ont pas le même objectif, à savoir celui de pratiquer la langue française et peuvent entrer en complément de l’enseignement d’école comme le LIFT ou la TES, qui vise l’apprentissage académique général en Français. L’Alliance Française, quant à elle, concerne un public FLE (Français langue étrangère), alors qu’AVEC s’adresse principalement à des familles FLAM (ayant déjà un bagage Francophone).

Quels sont vos projets pour l’avenir de l’association ?

L’association a pour projet de s’agrandir pour proposer plus d’activités à un plus grand nombre d’enfants, d’organiser des évènements et des rencontres autour de la langue et de la culture française pour permettre aux enfants, et aux parents de se rencontrer et d’échanger afin de consolider la communauté des familles francophones à Taiwan.

Quel type de soutien recherchez-vous actuellement pour aider à la croissance de l’association ?

Nous essayons de maintenir les cours et ateliers aux meilleurs tarifs qui comprennent le salaire du professeur et la location de la salle de classe. Bien évidement plus il y a d’élèves et de parents investis, plus nous pouvons réduire ces coûts et garantir l’accessibilité de ceux-ci au plus grand nombre.

Cours de lecture – Copyright : AVEC

Quel message voudriez-vous adresser à nos lecteurs francophones à Taiwan qui pourraient être intéressés par l’association ?

L’association a fait ses preuves et les enfants ainsi que leurs parents sont contents des résultats, mais bien sûr nous avons besoin de familles prêtes à s’investir dans la pratique du français pour leurs enfants, les ateliers permettent d’accompagner une pratique quotidienne et les résultats sont flagrants mais plus il y a de familles participantes, plus les possibilités s’ouvrent.

Alors si vous êtes intéressés par les cours et ateliers, n’hésitez pas à nous contacter.


Pour en apprendre plus sur la francophonie à Taïwan lisez nos articles dédiés.


N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter gratuite pour vous tenir informé des dernières actualités.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

    Voir toutes les publications

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés