Taïwan et les lucioles

Plongez dans l'histoire des lucioles taïwanaises avec Island Folklore, hommage poignant à une héroïne éternelle illuminant les nuits estivales
Lucioles à Taïwan - Copyright : CNA

Partager l'article

Les lucioles sont connues en langue taïwanaise sous le nom de Hóe-kim-ko-, littéralement la « jeune fille d’or ardente » ou la « jeune fille d’or de la lumière ». À l’origine, il s’agissait du nom d’une jeune fille. Le texte qui suit est une courte histoire tragique qui raconte comment les lucioles sont apparues et comment elles ont reçu leur nom.

Une Chine pas vraiment intéressée par Taïwan

Tout au long de la longue histoire de la Chine, Taïwan a été un lieu mystérieux et inconnu au large des côtes de cette ancienne civilisation. Malgré la proximité de l’île avec le continent, les Chinois ont toujours manifesté très peu d’intérêt pour Taïwan. Les Chinois se considèrent comme un peuple continental et ont traditionnellement étendu leur influence en suivant la route de la soie jusqu’en Asie centrale ou au sud jusqu’aux jungles du Viêt Nam et au nord-est jusqu’en Mandchourie et en Corée.

En dehors de ces voies d’expansion étroites, les Chinois étaient historiquement enfermés dans les déserts arides de Mongolie, l’environnement hostile du plateau tibétain et le vide effrayant du Pacifique. Les Chinois n’étaient pas non plus très intéressés par l’expansion. La Grande Muraille de Chine, une prouesse d’ingénierie prémoderne, a été conçue autant pour empêcher les étrangers d’entrer que pour garder les Chinois à l’intérieur. Après tout, « il n’y a pas d’endroit comme chez soi ».

La Grande Muraille de Chine enjambait le terrain accidenté de la frontière septentrionale de l’empire. Tout cela a changé au XVIIe siècle avec l’arrivée de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales à Taïwan.

Les Néerlandais changent tout

Les Hollandais ont établi une colonie commerciale prospère dans le sud-ouest de Taïwan. Cette présence européenne, si proche de leurs frontières, a contraint les communautés chinoises du sud à s’intéresser à cette île au-delà de leur patrie continentale, en se heurtant aux populations indigènes de Taïwan. Au début du XVIIIe siècle, la présence de l’ethnie chinoise Han dans l’ouest de Taïwan s’est fermement établie. Les Hollandais ont abandonné leur colonie en 1661, après les invasions réussies du roi pirate sino-japonais Koxinga.

Après plusieurs décennies de guerre, les royaumes pirates et indigènes de Taïwan passent sous la suzeraineté de l’empereur de Pékin. Taïwan est devenue un satellite de l’empire chinois en 1683. Cela a permis à des pionniers, principalement de langue hoklo (hokkien), de s’y installer. Ces immigrants ont jeté les bases de ce qui a façonné la culture de la belle île depuis lors.

C’est à peu près à cette époque qu’est née l’histoire des lucioles taïwanaises.

La légende des lucioles

Un jeune couple de Hoklo est arrivé à Taïwan dans les années 1700. Ils n’avaient que leur chemise sur le dos et l’espoir d’un meilleur sort dans leur nouvelle patrie. On dit qu’ils se sont installés dans un village côtier du sud-ouest de Taïwan, de plus en plus sinisé.

Peu après leur arrivée à Taïwan, la femme a donné naissance au premier enfant du couple, une belle fille qu’ils ont appelée Kim-ko (Jīn’gū en mandarin). Trois ans plus tard, ils ont eu une autre fille, qu’ils ont appelée Kim-chhenn (Jīnzhēn en mandarin). Mais peu après le deuxième accouchement, la femme est tombée malade et est décédée, laissant un mari accablé de chagrin s’occuper seul de ses deux filles.

Le veuf, père de deux enfants, a travaillé dur pour ses filles et les sœurs sont devenues des filles gentilles et aimantes. L’aînée était attentionnée et prévenante. Elle s’occupait tendrement de son père et de sa sœur. La plus jeune était plus enjouée et spontanée.

Un jour, le père dut se rendre dans une commune éloignée pour affaires. Il assura à ses filles qu’il serait de retour au coucher du soleil. Mais sa course dura plus longtemps que prévu et il fut contraint de se réfugier dans une petite auberge au bord de la route ce soir-là. A la maison, les deux filles attendent patiemment le retour de leur père. L’heure avançant, elles s’inquiètent.

Une destinée tragique

Finalement, Kim-chhenn, incapable de résister à sa nature spontanée, partit à la recherche de leur père. Elle s’élança hors de la maison avant que sa sœur ne puisse l’arrêter. Kim-ko poursuivit sa jeune sœur, mais dans l’obscurité de la nuit, elles ne purent faire autrement que de se séparer.

Elle se fraya désespérément un chemin dans la nuit noire à la recherche de sa sœur. Dans l’obscurité de la nuit, elle a prié pour que la lumière la guide jusqu’à sa famille. Le lendemain matin, peu après l’aube, le corps sans vie de Kim-ko- a été découvert au bord d’un lac dans les bois.

Kim-ko avait trébuché dans la nuit, était tombée dans l’eau et s’était noyée. Les villageois qui l’ont découverte ont remarqué des orbes de lumière qui dérivaient et tournaient autour d’elle, comme si de petites étoiles ou des êtres d’or enflammés étaient descendus sur terre depuis les cieux.

Les dieux avaient répondu à leur supplique et créé des lucioles pour éclairer son chemin. Hélas, ils ont entendu les prières trop tard. Les villageois ont baptisé ces créatures magnifiques et envoûtantes en mémoire de la jeune fille décédée. Ils ont donné aux lucioles son nom avec le préfixe hóe qui signifie « feu » ou « lumière ».

Aujourd’hui encore, ces magnifiques insectes de la nuit d’été sont appelés Hóe-kim-ko- par les Taïwanais en l’honneur de ce conte et de son héroïne tragique.

*Ce texte est traduit de l’anglais avec l’aimable autorisation du site Islandfolklore.com.
Retrouvez l’article original en cliquant sur le lien suivant.


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez-nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez-vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez-nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Island Folklore

    Island Folklore est un répertoire en ligne des contes populaires, de l'histoire, des légendes, des mythes et des traditions de Taïwan : Des contes autochtones austronésiens aux récits des colons sinisés, des coutumes importées par les colons japonais aux croyances introduites par les missionnaires indo-européens.

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

04.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés