L’art ancien du cerf-volant à Taipei

Buteo Huang transforme l'art du cerf-volant taïwanais en expression artistique à travers des créations uniques.
Cerf volant dans le ciel de Taïwan - Copyright : Buteo Kite

Partager l'article

Vous savez peut-être que les Chinois sont crédités de l’invention de la poudre à canon, des nouilles et des livres imprimés. Mais saviez-vous que le cerf-volant est également apparu en Chine ? Les cerfs-volants sont liés à la culture chinoise depuis la dynastie Zhou (周朝). Aujourd’hui, la ville de Weifang (濰坊市) dans la province du Shandong (山東省) est considérée comme la capitale mondiale du cerf-volant, abritant le musée du cerf-volant Weifang World de 8 100 mètres carrés (濰坊世界風箏博物館). La ville accueille également le Festival international du cerf-volant annuel depuis 1984. Cet amour pour le cerf-volant a été transmis à Taïwan il y a longtemps et reste extrêmement populaire. La plupart des adultes taïwanais ont de bons souvenirs d’enfance à apprendre à fabriquer des cerfs-volants à l’école. Explorons les racines de cette activité ancienne et libératrice.

Deux millénaires et demi d’histoire du cerf-volant

La légende veut que le cerf-volant ait été inventé lorsqu’un paysan chinois a attaché une ficelle à son chapeau pour l’empêcher de s’envoler. Selon des sources historiques plus fiables, le philosophe et inventeur Lu Ban (魯班) aurait construit au Ve siècle avant notre ère un oiseau en bois capable de rester en vol pendant trois jours, considéré comme le prototype du premier cerf-volant. La soie fine qui faisait la renommée de la Chine ancienne constituait le matériau idéal pour les cerfs-volants et pour la corde à haute résistance à la traction nécessaire pour les faire voler. Le bambou, substance très résistante, constituait également une armature solide mais légère.

Dans les premiers temps, les cerfs-volants étaient avant tout des engins fonctionnels utilisés pour envoyer des messages, communiquer des informations sur les opérations militaires et effectuer des tests météorologiques. En 200 avant notre ère, sous la dynastie Han (漢朝), le général Han Xin (韓信) a fait voler un cerf-volant au-dessus du mur de la ville que ses soldats étaient en train d’attaquer, afin de déterminer la longueur du tunnel qu’il s’apprêtait à creuser sous les murs. Ses calculs se sont avérés exacts, son tunnel a été un succès et son armée a été victorieuse.

Le premier vol humain connu à l’aide d’un cerf-volant a eu lieu en 550 de notre ère. À l’époque, la cour des Wei orientaux (東魏) était occupée et Huangtou (元黃頭) fut mis en captivité, puis envolé contre son gré depuis la tour de Yecheng (鄴城). C’est à cette époque que les cerfs-volants en papier ont fait leur apparition, bien qu’aujourd’hui les plus beaux cerfs-volants chinois soient toujours en soie peinte à la main avec un cadre en bambou fendu et doré. Les cerfs-volants bon marché fabriqués en série sont généralement en polyester imprimé.

De la Chine, les commerçants ont ensuite exporté la technologie des cerfs-volants vers la Corée, le Japon et, à travers l’Asie, vers l’Inde. Aujourd’hui encore, le cerf-volant reste exceptionnellement populaire dans le sous-continent indien, en Asie centrale et au Moyen-Orient, où les enfants se livrent à des combats de cerfs-volants, une activité évoquée dans le roman afghan et l’adaptation cinématographique du « The Kite Runner ».

Une arrivée tardive en occident

Les histoires de cerfs-volants n’ont pas atteint l’Europe avant que Marco Polo ne rapporte de Chine, au XIIIe siècle, des illustrations de cerfs-volants-dragons sur des bannières militaires. Les Européens considéraient les cerfs-volants comme de simples curiosités et les histoires n’avaient que peu d’impact sur leur culture.

Ce n’est que bien plus tard que de grands penseurs occidentaux tels que Benjamin Franklin et Alexander Graham Bell ont commencé à utiliser les cerfs-volants dans leurs expériences sur la météorologie. L’utilisation des cerfs-volants a joué un rôle déterminant dans les recherches d’Orville et de Wilbur Wright. Le premier avion du monde, piloté par les frères en 1903, était en fait une sorte de cerf-volant.

Baron Rouge – Copyright : Buteo Kite

Au cours de la Première Guerre mondiale, plusieurs puissances européennes ont utilisé le cerf-volant pour observer l’ennemi et lui envoyer des signaux. Après l’avènement de l’aviation, les cerfs-volants sont devenus obsolètes et se sont multipliés à des fins récréatives. Aujourd’hui encore, faire voler des cerfs-volants procure une joie extatique aux enfants du monde entier.

La légende taïwanaise vivante du cerf-volant

À l’âge de 10 ans, Buteo Huang (黃景楨) a fait voler son premier cerf-volant avec son frère. Le regarder flotter dans les nuages en ce jour fatidique a déclenché l’obsession de toute une vie. Il a fabriqué son propre cerf-volant avec du papier de vieux calendriers et de la colle de riz. Pour la plupart des enfants, le but principal de la fabrication d’un cerf-volant est de le faire voler. « Mais j’étais différent des autres enfants », explique Huang. « J’étais plus intéressé par le processus de conception que par le fait de faire voler le cerf-volant. Tout au long du lycée, Huang a créé des cerfs-volants de plus en plus grands et de plus en plus complexes.

Buteo – Copyright : Buteo Kite

Repoussant les limites de la fabrication des cerfs-volants, il a expérimenté un large éventail de matériaux, dont le papier journal, le papier d’aluminium, le coton, le polyester et la cellophane colorée. À l’université, Huang a construit Pegasus, un énorme cheval blanc volant. « Ce n’est qu’une fois qu’il a été emmené dans les montagnes et lâché dans le ciel, voltigeant dans son environnement naturel, que l’œuvre a été vraiment achevée. C’est ainsi que Huang (qui se fait désormais appeler Buteo, le mot latin pour « faucon ») a transformé le cerf-volant d’un objet de divertissement pour enfants en une forme d’installation artistique. Le fait que les cerfs-volants ne soient qu’un jouet est une croyance répandue que Huang consacrera le reste de sa vie à détruire.

Des idées avant-gardistes exécutées avec la précision d’un architecte

Diplômé en architecture, Buteo a ensuite fondé une entreprise de décoration d’intérieur. Après que l’un de ses cerfs-volants a remporté deux prix au Holland International Kite Festival en 2002, il a décidé de fermer son entreprise et de fabriquer des cerfs-volants à plein temps. Cependant, sa formation en architecture et en design a fortement influencé son approche de la fabrication des cerfs-volants. « Tout dans le monde a une fonction. La fonction première d’un cerf-volant est de voler. Chacun de mes cerfs-volants peut voler ». Buteo insiste également sur le fait que chaque cerf-volant doit être facile à utiliser. Il les teste souvent en public, en demandant à des passants au hasard d’essayer. Même ses cerfs-volants les plus encombrants peuvent être démontés en quelques minutes et transportés facilement.

2015新光三越《ART KITE》—藝術風箏大師黃景楨親臨佈展

Buteo était déterminé à pousser la fabrication de cerfs-volants à un niveau encore plus élevé. Nombreux sont ceux qui considèrent son initiative suivante comme la plus révolutionnaire : la création d’une série de cerfs-volants non seulement élégants, mais aussi porteurs d’un message de conservation. La collection est décorée de cercles d’arbres, ce qui en fait une déclaration publique sur la déforestation et les effets de l’activité humaine sur l’environnement. Les cerfs-volants sont devenus un moyen de transmettre les pensées et les préoccupations de Buteo. Une autre pièce, Chinese Crested Tern, est une réplique grandeur nature d’une espèce d’oiseau que l’on croyait éteinte jusqu’à ce que quatre couples soient redécouverts sur les îles Matsu (馬祖列島) de Taïwan en 2000.

Laisser libre court à sa créativité

Selon Buteo, la fabrication de cerfs-volants exige la perfection de certaines compétences et techniques, mais les idées restent ce qu’il y a de plus important. « Les cerfs-volants sont le prolongement de mon esprit. En faisant voler un cerf-volant, je peux envoyer mes idées dans le ciel pour que tout le monde puisse les observer ». Nombreux sont ceux qui ont décrit Nautilus comme la plus grande œuvre de Buteo. Réplique à grande échelle d’un mollusque rouge et blanc, il lui a fallu cinq ans et trois prototypes pour le faire voler.

Pourtant, Buteo ne le considère pas comme son chef-d’œuvre. Il lui préfère Dreams Come True, une série d’étoiles filantes fabriquées à partir de sacs poubelles. « Enfant, on nous dit de faire un vœu lorsque nous voyons une étoile filante, mais nous n’avons jamais le temps de faire ce vœu avant que l’étoile ne disparaisse. Cette œuvre donne aux gens le temps de faire leurs vœux ». Les cerfs-volants utilisent une nouvelle technique innovante de conception de cerfs-volants mise au point par Buteo, dont la structure est plus simple et qui ne nécessite pas de courir ou de tirer pour rester à flot.

Plus d’une décennie sous les feux de la rampe

En 2006, Buteo a été invité à exposer 307 de ses cerfs-volants au Winter Garden du World Financial Center de New York. La pièce maîtresse de l’exposition était le Tao Canoe. Cette embarcation à plusieurs voiles est un symbole important de la tribu Tao, une culture menacée qui vit sur l’île des Orchidées (蘭嶼) à Taïwan. Suspendu dans l’atrium du bâtiment, le canoë massif était entouré de poissons volants, point central du festival le plus important de la tribu Tao. Au cours de cette célébration tribale annuelle, des pirogues magistralement construites sont hissées dans les airs par des hommes en pagne blanc et emmenées jusqu’à la mer pour accueillir la saison des poissons volants, qui constituent une source de nourriture importante pour les habitants de l’île.

Quand on lui demande s’il pense avoir réussi à changer la perception des gens à l’égard du cerf-volant, Buteo avait l’habitude de répondre par un « non » catégorique. Aujourd’hui, il répond « en partie ». Outre le Winter Garden, il a également exposé au musée des sciences Principe Felipe en Espagne et au musée national de Taïwan (國立臺灣博物館) dans son pays. Il reçoit constamment des demandes de créations personnalisées et ses cerfs-volants se sont vendus jusqu’à 350 000 dollars NT. Il semble qu’au moins certaines personnes commencent à accepter les cerfs-volants comme un moyen d’expression artistique viable. Mais Buteo estime qu’il a encore beaucoup de travail à faire auprès du grand public.

Buteo a enfin obtenu la reconnaissance qu’il mérite en tant que l’un des plus grands créateurs de cerfs-volants au monde. Ses créations mettent en valeur la faune naturelle et la culture traditionnelle de Taïwan, ce qui fait de lui un trésor national. Il a publié un livre présentant les cerfs-volants et son objectif actuel est d’ouvrir un musée présentant son travail. Buteo forme également des enseignants locaux à la fabrication de cerfs-volants et travaille sur son deuxième livre. À surveiller : à partir de l’année prochaine, il commencera à vendre des cerfs-volants dans des endroits stratégiques de Taïwan.

Faire voler un cerf-volant à Taipei

Si vous voulez vous essayer au cerf-volant, la ville de Taipei est l’endroit idéal car elle est balayée par des vents forts tout au long de l’année. Le vaste réseau de parcs en bord de rivière de Taipei offre un cadre idéal. Le National Dr. Sun Yat-sen Memorial Hall est un lieu de prédilection pour acheter et faire voler des cerfs-volants, mais il est également possible de s’en procurer dans les papeteries de la ville. Selon Buteo, les toits de Taïwan sont également des endroits parfaits pour faire voler des cerfs-volants !

*Cet article est traduit avec l’aimable autorisation de Taiwan Tourism
Vous pouvez retrouvez l’article original en anglais en cliquant sur le lien suivant.


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :

  •  Liuli à la croisée de l’art et de l’artisanat Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.
  •  Produits d’artisanat taïwanais à offrir Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.
  • ⏯ 5 boutiques centenaires à Taipei Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez-nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez-vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez-nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan