La proposition de nouvelle formule de taxation carbone fait débat à Taïwan

Taïwan présente une nouvelle formule de taxation carbone moins sévère pour les grands émetteurs suscitant les critiques.

Partager l'article

Le Ministère de l’Environnement de Taïwan (MOENV) a dévoilé une méthode de calcul de la taxe carbone qui s’écarte significativement de ce qui était largement attendu et est moins stricte envers les grands émetteurs, lors d’une réunion mercredi, attirant immédiatement des critiques des groupes environnementaux.

La surprise de la nouvelle formule de calcul

Tsai Ling-yi (蔡玲儀), directrice générale de l’Administration du Changement Climatique (CCA) sous l’égide du Ministère de l’Environnement, a rencontré des représentants de groupes environnementaux civils lors d’un événement organisé par la CCA.

Lors de la réunion, Tsai a indiqué que la taxe carbone à payer en 2025 par les grands émetteurs sera leurs émissions totales moins 25 000 tonnes métriques d’équivalent dioxyde de carbone (tCO2e), multipliées par le taux de la taxe carbone (Taxe carbone = (émissions – 25 000) x taux de la taxe).

Cela a surpris de nombreux participants car il était attendu que la formule de la taxe carbone soit le taux de la taxe multiplié par la totalité du montant d’équivalent dioxyde de carbone émis pour les grands émetteurs (Taxe carbone = émissions x taux de la taxe).

La CCA a publié l’esquisse préliminaire de la future structure de tarification du carbone de Taïwan qui être examinée par les parties prenantes avant la publication d’un projet officiel. L’esquisse préliminaire montrait la formule de la taxe carbone comme les émissions totales multipliées par le taux de la taxe.

Selon l’esquisse préliminaire publiée, les grands émetteurs étaient définis comme des entreprises dont les émissions annuelles directes et indirectes dépassent 25 000 tonnes métriques. Ils devaient payer des taxes carbone à partir de 2025 sur la base de leurs émissions mesurées en 2024.

Environ 512 entreprises dans les secteurs de l’électricité, de la sidérurgie, du raffinage pétrolier, du ciment, des semi-conducteurs, de l’affichage à cristaux liquides à transistor en couches minces (TFT-LCD), et toutes les entreprises avec simplement des émissions directes de combustibles fossiles dépassant le seuil de 25 000 tonnes devaient être soumises à des taxes, selon la CCA.

Les informations nouvellement publiées équivalent à accorder aux grands émetteurs des « allocations gratuites », ce qui est totalement en contradiction avec ce qui était attendu auparavant.

Tsai a expliqué que la formule proposée vise à empêcher les émetteurs d’essayer d’éviter de payer entièrement les taxes carbone en réduisant leurs émissions juste en dessous du seuil de 25 000. Il y aurait eu une grande différence entre un émetteur avec 24 900 tonnes métriques et un autre avec 25 000 tonnes, ce qui aurait augmenté l’incitation pour les entreprises à contourner les réglementations, a déclaré Tsai.

Une pression insuffisante pour décarboner ?

Un représentant de la Fondation des Droits Environnementaux a déclaré que, selon cette nouvelle formule, les taxes carbone exerceraient une pression insuffisante sur les entreprises pour décarboniser.

Par exemple, un émetteur de 26 000 tonnes devra désormais payer seulement 300 000 NT$ (8 850 €) si le taux de la taxe carbone est fixé à 300 NT$ par tonne, ce qui est bien inférieur aux 7,8 millions de NT$ précédemment attendus, a déclaré le représentant. Le représentant de la Société de la Wilderness a déclaré que si la décarbonisation est la priorité principale du pays, il est douteux que le plan actuel contribue de manière significative à garantir que les entreprises travaillent vers cet objectif.

La directrice générale a déclaré que parmi les 512 grands émetteurs estimés, ceux responsables de la majeure partie des émissions du pays émettent plusieurs millions de tonnes métriques par an, et pour eux, des émissions de « 25 000 tonnes, c’est comme des chiffres à un seul chiffre. » D’autre part, de nombreuses petites entreprises ont des émissions totales par an de 25 000, 30 000 ou 40 000 tonnes métriques, principalement dues à l’utilisation de l’électricité, a-t-elle ajouté.

Ces petites entreprises seront incitées à utiliser l’électricité plus efficacement ou à utiliser des énergies renouvelables si leurs émissions annuelles sont seulement légèrement au-dessus du seuil de la taxe, a déclaré Tsai. La CCA a publié l’esquisse préliminaire comme un avant-projet d’un projet officiel de règlement car, selon Huang Wei-ming (黃偉鳴), directeur général adjoint de la CCA, cela permettrait une « communication plus large avec la société et créerait un consensus plus solide. »

En mars, Chang Tzi-chin (張子敬), alors responsable de l’Administration de Protection de l’Environnement (EPA), a déclaré qu’environ 289 grands émetteurs avaient émis collectivement 233,873 millions de tCO2e en 2021, représentant environ 82 % des émissions du pays. Les entreprises de services publics d’électricité ont représenté la majeure partie des émissions, environ 54,3 % des 233,873 millions de tCO2e, a déclaré Chang.

Un rapport publié par le Risk Society and Policy Research Center en juin et basé sur des informations fournies par l’EPA, a révélé que les 30 principales entreprises émettrices, à l’exclusion des fournisseurs d’électricité, ont émis un total de 132,292 millions de tCO2e (y compris les émissions indirectes d’utilisation de l’électricité) en 2021.

Cela incluait 10 entreprises du secteur pétrochimique (49,06 %), sept du secteur de la fabrication de composants électroniques (14,91 %, dont cinq de l’industrie des semi-conducteurs et deux entreprises d’affichage LCD), cinq entreprises sidérurgiques (25,99 %), quatre entreprises de fabrication de papier (2,8 %), deux entreprises de ciment (6,11 %), une entreprise textile et une entreprise de verre.

Copyright : Business in Asia

Si vous souhaitez en savoir plus sur la façon de faire des affaires à Taïwan je peux vous aider. Avec Business in Asia, je connais bien les coutumes et la culture locales. Contactez moi dès aujourd’hui pour en savoir plus sur mes services.


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Business In Asia

    Avec Business In Asia, je crois que « l’Asie est accessible à tous » quelle que soit la taille de votre entreprise mais à condition de bien structurer votre projet de développement en amont.

Laisser un commentaire

Notre page Instagram

Notre page Facebook

Newsletter

Recevez nos derniers articles par mail ainsi que du contenu exclusif.
Nous n’envoyons pas plus d’un mail par mois.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien présent dans nos emails.