Les nains qui tombent

Avec Island Folklore, plongez dans les légendes taïwanaises, explorez le festival Pas-ta'ai et découvrez l'histoire de la nation des nains
Copyright : Island Folklore

Partager l'article

Les légendes et les mythes sur les « petites gens » sont courants dans le monde entier. Des Pygmées aux gnomes en passant par les nains et les fées, ces êtres fantastiques sont présents dans les contes traditionnels de cultures aussi éloignées que celles de la Grèce, de l’Allemagne, de l’Inde et de l’Indonésie.

Taïwan possède également ses propres contes sur une mystérieuse nation de nains. Le conte suivant est l’un d’entre eux et a entraîné un festival bien connu, qui est toujours célébré sur l’île.

Il était une fois…

Il y a bien longtemps, dans les collines du nord-ouest de l’île de Taïwan, à la frontière entre les actuels comtés de Hsinchu et de Miaoli, vivaient les ancêtres du peuple autochtone des Saisiyat.

Au début, ces tribus Saisiyat étaient comme des nouveau-nés dans le monde. Impuissants et sans instruction, ils se tournaient vers leurs voisins, une nation de puissants nains à la peau sombre connue sous le nom de Ta’ai, afin d’être guidés.

Ne mesurant pas plus d’un mètre cinquante, les Ta’ai n’étaient pas très impressionnants en apparence, mais ils exerçaient une magie puissante et possédaient une force physique surhumaine.

Représentation des nains en Europe – Copyright : Islandfolkore.com

Les nains Ta’ai étaient également plus sages que les Saisiyat et conseillaient à leurs voisins plus faibles de planter du millet et d’autres cultures pour assurer leur subsistance. Les Saisiyat vénéraient et craignaient à la fois leurs puissants amis et maîtres nains. Ils ont traité les Ta’ai avec un immense respect.

Cependant, l’amitié entre ces deux nations ne devait pas durer. Au fil du temps, les Ta’ai devinrent arrogants et espiègles. Ils commencèrent bientôt à harceler les femmes Saisiyat et à piller les champs Saisiyat, laissant le peuple Saisiyat affamé et traumatisé.

Cette situation s’est poursuivie pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que les Saisiyat en aient finalement assez.

Quand soudain… comme toujours…

Les membres de la tribu Saisiyat ont alors imaginé un plan pour inciter les nains – qui vivaient au-delà d’un canyon relié au village Saisiyat par un seul pont suspendu – à venir participer à la fête de la récolte Saisiyat. Les Saisiyat ont décidé que cela leur offrirait une occasion inestimable de frapper leurs oppresseurs. Les nains furent ravis et acceptèrent de participer aux festivités.

Cependant, lorsque les Ta’ai arrivèrent sur le pont suspendu et commencèrent à traverser le ravin, une embuscade tendue par un groupe de guerriers Saisiyat attaqua violemment les nains dangereusement exposés.

Dans le chaos, le pont entier et presque tous les nains qui s’y trouvaient ont plongé dans les profondeurs des cavernes. La puissante nation Ta’ai n’a jamais pu se remettre de ce désastre.

Pont suspendu à Taïwan – Copyright : Terres oubliées

Quelques nains parvinrent à survivre à cette catastrophe, mais ils étaient dévastés. Ils décidèrent de quitter cet endroit à la recherche d’un nouveau foyer ailleurs, au sud et à l’est.

Avant que les derniers nains ne partent, ils lancèrent une malédiction : Si les meurtriers des Saisiyat n’honorent pas régulièrement les morts des Ta’ai et ne se souviennent pas d’eux, toutes les récoltes seront à jamais mauvaises et les Saisiyat mourront de faim.

Sur cette lourde déclaration, les Ta’ai ont disparu et n’ont plus jamais été vus ni entendus.

Une malédiction en suspend

Les Saisiyat prirent les paroles des nains au sérieux et commencèrent à organiser de grandes fêtes en l’honneur des âmes des nains tombés dans l’abîme.

Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, les Saisiyat du nord-ouest de Taïwan organisent un festival biennal pour marquer la fin de la saison des récoltes de l’année en cours.

L’ancien conte saisiyat susmentionné sur les nains de Ta’ai est à l’origine de ce festival connu sous le nom de Pas-ta’ai, qui signifie dans la langue saisiyat « le festival des petites gens ».

Aujourd’hui, le peuple Saisiyat accueille les touristes et les voyageurs pour qu’ils se joignent à leurs rituels sacrés et rendent ensemble hommage à ces anciens et mystérieux nains tombés au champ d’honneur.

*Ce texte est traduit de l’anglais avec l’aimable autorisation du site Islandfolklore.com.
Retrouvez l’article original en cliquant sur le lien suivant.


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez-nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez-vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez-nous pour collaborer avec nous

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Island Folklore

    Island Folklore est un répertoire en ligne des contes populaires, de l'histoire, des légendes, des mythes et des traditions de Taïwan : Des contes autochtones austronésiens aux récits des colons sinisés, des coutumes importées par les colons japonais aux croyances introduites par les missionnaires indo-européens.

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

04.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés