Le webzine francophone
de Taïwan

Hôtesse de l’air : réforme plus équitable des uniformes aériens à Taïwan

Taïwan souhaite moderniser les uniformes des hôtesses de l'air, favorisant neutralité et confort dans un contexte de pressions croissantes.

Partager l'article

Dans le ciel taïwanais, un vent de changement souffle sur les uniformes des compagnies aériennes. Répondant aux appels croissants pour une mode plus équitable et confortable pour les personnels navigants, le gouvernement taïwanais se penche sur une réforme significative.

Une réforme attendue : lutte pour des uniformes neutres et sécuritaires

La Commission de l’Aviation Civile (CAA) de Taïwan fait face à une pression croissante pour revoir la politique des uniformes des compagnies aériennes, jugée discriminatoire et inconfortable. Début Novembre, lors de la révision du budget de la CAA, des législateurs ont gelé une partie de son budget, conditionnant sa libération à la présentation d’un rapport sur les mesures prises pour offrir des options d’uniformes neutres en termes de genre.

Jusqu’à récemment, les principales compagnies aériennes taiwanaises, EVA Air, China Airlines et Starlux Airlines, ont imposé des codes vestimentaires traditionnels aux femmes membres d’équipage. Cette exigence, dépassée selon le député Chiu Hsien-chih du Parti Nouveau Pouvoir, contraste avec les pratiques des compagnies aériennes européennes où les pantalons pour les hôtesses sont courants. Chiu souligne que Taiwan, un pays reconnu pour la reconnaissance du mariage homosexuel et la valorisation de l’égalité des sexes, devrait adopter une approche plus progressiste en matière d’uniformes de vol.

Les hôtesses de l’air des principales compagnies aériennes du pays ont manifesté contre des règles jugées injustes et dangereuses, exigeant des jupes serrées, des talons hauts et du maquillage. A Taïwan, seule Tigerair offre actuellement le choix à ses hôtesses de porter des pantalons.

Hotesse de Tiger Air en pantalon – Copyright : Tiger Air

Le défi de la modernisation : pressions et perspectives

Le Directeur général de la CAA, Lin Kuo-shian, souligne l’importance de cette question. Bien qu’il n’existe pas de réglementation spécifique sur les tenues des personnels navigants, laissant les compagnies libres de concevoir leurs uniformes, l’agence a déjà demandé à ces dernières de diversifier leurs options. La plupart sont d’accord, mais nécessitent du temps pour concevoir et produire de nouveaux uniformes.

Selon Lee Ying, président de l’EVA Air Union, la lenteur du changement est due à la perception des agents de bord comme un produit par les compagnies aériennes. EVA Air, n’ayant intégré des hommes dans ses équipages qu’en 2019 après une grève, témoigne de la lente évolution de l’industrie aérienne taiwanaise en matière d’égalité des sexes.

La CAA prévoit une réunion avec les compagnies aériennes dans les trois mois pour discuter de leurs progrès. En réponse, la législatrice du Parti Démocrate Progressiste, Ho Hsin-chun, interroge sur le délai nécessaire pour redessiner les uniformes, insistant sur la nécessité d’une pression accrue sur les entreprises pour accélérer le changement. Et appliquer l’ajustement des règles d’emploi en conformité avec la Convention des Nations Unies.


Pour en savoir plus sur la société taïwanaise n’hésitez pas à lire nos articles dédiés.


Pour découvrir d’autres sujets et débats qui secouent la société moderne taïwanaise actuelle, abonnez vous à notre Newsletter dédiée.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Laisser un commentaire