De récents incidents mettent en évidence le racisme envers les travailleurs migrants

Les politiques taïwanaises envers les travailleurs migrants sont-elles racistes ? Le pays doit se regarder en face pour améliorer son accueil
Ministre du travail au centre - Copyright : yuan Exécutif

Partager l'article

Plusieurs incidents récents mettent en évidence les difficultés rencontrées par les travailleurs migrants à Taïwan. Outre le fait que le racisme influence l’élaboration des politiques relatives aux travailleurs migrants, on constate que ces derniers se voient toujours refuser les droits fondamentaux dont jouissent les travailleurs taïwanais.

Échec des négociations Taïwan-Indonésie

Ainsi, l’Indonésie et Taïwan n’ont pas réussi à s’entendre sur un protocole d’accord concernant les conditions de travail des pêcheurs migrants en eaux lointaines. Il n’y a pas eu de protocole d’accord parce que Taïwan a refusé d’accéder aux demandes des syndicalistes indonésiens.

Ces demandes portaient notamment sur la disparité entre les salaires des pêcheurs en eaux lointaines et ceux des pêcheurs côtiers. Les pêcheurs en eaux lointaines reçoivent actuellement un peu plus de 17 000 NT par mois, tandis que les pêcheurs côtiers gagnent 27 470 NT par mois.

Cette situation se produit en dépit du fait que ce sont clairement les pêcheurs en eaux lointaines qui sont confrontés à des conditions de travail plus difficiles. Les pêcheurs en eaux lointaines ne reviennent pas à terre pendant des années. De même, le fait qu’ils travaillent à une telle distance des côtes signifie qu’ils sont confrontés à des conditions de travail non réglementées, voire au risque de représailles violentes de la part des capitaines de navire.

L’absence de moyen de communication

C’est pourquoi une autre des revendications des dirigeants syndicaux concernait l’installation d’un système WiFi sur les navires de pêche. Cela permettrait aux pêcheurs en eaux lointaines de signaler les violations du droit du travail, ce qu’ils ne peuvent faire qu’une fois que le navire sur lequel ils travaillent retourne à terre – peut-être après de nombreuses années, ou bien longtemps après que ces violations du droit du travail ont été commises.

En général, seuls les capitaines de navire ont accès à des moyens de communication tels que les téléphones satellites sur les bateaux de pêche lointaine, alors que ce sont eux qui commettent le plus souvent des abus à l’encontre de leurs travailleurs.

En outre, les pêcheurs migrants pourraient communiquer avec leurs amis et leurs familles en utilisant le WiFi, au lieu de travailler dans les conditions actuelles qui impliquent de longues périodes de séparation et l’impossibilité de contacter leurs proches. Il a été dit que cela permettrait d’alléger le lourd fardeau auquel sont déjà confrontés les pêcheurs migrants en eaux lointaines. Les défenseurs des travailleurs migrants mènent depuis un certain temps une campagne en faveur du WiFi pour les pêcheurs.

En porte à faux avec les lois internationales

Avec cette mesure, les dirigeants syndicaux indonésiens ont attiré l’attention sur le fait que les pêcheurs migrants en eaux lointaines n’ont pas la possibilité de se syndiquer. Bien que les syndicats de travailleurs migrants soient encore relativement peu nombreux à Taïwan, les travailleurs migrants ont fait des efforts pour s’organiser. Ainsi, les pêcheurs migrants en eaux lointaines sont actuellement privés d’un droit fondamental des travailleurs.

L’attention internationale peut conduire à des pressions de la part de l’industrie, dans la mesure où Taïwan contrevient actuellement aux normes de travail de l’Organisation internationale du travail. Le poisson taïwanais pourrait faire l’objet de restrictions sur des marchés importants tels que les États-Unis ou l’Union européenne en raison du recours au travail forcé.

Dans le même temps, on note toutefois qu’un protocole d’accord a récemment été signé entre l’Inde et Taïwan pour autoriser les travailleurs migrants en provenance de l’Inde. Néanmoins, les récents commentaires du ministre du travail, Hsu Ming-chun, indiquent que le gouvernement fait preuve de racisme.

Une politique « raciste » ?

Hsu a déclaré que les Indiens du nord de l’Inde seraient autorisés à venir à Taïwan, affirmant que la couleur de peau et le régime alimentaire des Indiens du nord étaient plus proches de ceux des Taïwanais et qu’ils étaient chrétiens, ce qui leur permettrait de s’intégrer plus facilement dans la société taïwanaise. Les commentaires suggèrent également que des différences culturelles irréconciliables sont à l’origine du retrait progressif des travailleurs migrants de Mongolie et citent d’autres pays envisagés comme le Myanmar, le Cambodge et le Bangladesh, tout en soulignant qu’il est nécessaire pour Taïwan d’éviter une dépendance excessive à l’égard d’un seul pays en tant que source de main-d’œuvre migrante.

Ces derniers mois, des rapports sur la perspective d’un protocole d’accord entre les gouvernements indien et taïwanais ont suscité une vague de racisme en ligne de la part de la société taïwanaise contre la perspective d’autoriser les travailleurs migrants indiens à entrer sur le territoire taïwanais. Il a été suggéré que les travailleurs migrants indiens harcèleraient ou agresseraient sexuellement les femmes taïwanaises. Ce n’était pas la première fois que le ministère du travail cherchait à défendre l’idée des travailleurs migrants indiens en termes racistes, mais c’était la première fois que cette idée était reprise au niveau international. Il s’en est suivi une vague d’indignation de la part des Indiens en ligne.

Lutter contre les préjugés

Parmi ceux qui ont critiqué les commentaires de Hsu, on trouve l’ancien porte-parole du bureau présidentiel, Kolas Yotaka, et le législateur du DPP, Chen Kuan-ting. Depuis, le ministère du travail s’est excusé, déclarant que l’embauche ne se ferait pas sur la base de la couleur de la peau ou de la religion.

Il n’en reste pas moins que les préjugés à l’égard des travailleurs migrants prévalent souvent à Taïwan. Cela se reflète non seulement dans le traitement réservé aux travailleurs migrants, mais aussi dans les stéréotypes sur les nationalités des travailleurs migrants, qui influencent les modes d’embauche.

Mais la société taïwanaise a encore du mal à accepter que le racisme soit un facteur déterminant dans la manière dont elle formule ses politiques à l’égard des travailleurs migrants. De tels commentaires, ainsi que l’exclusion des pêcheurs indonésiens en eaux lointaines des protections dont bénéficient les autres travailleurs, soulignent ce fait.

*Cet article est une traduction d’un article paru dans The New Bloom Magazine
Article paru le 5 Mars 2024 – Auteur : Brian Hioe


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :

  •  Notre interview de Biran Hioe Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.
  •  Implication économique d’une éventuelle guerre avec la Chine Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.
  •  Biden soutien un projet de loi favorable à Taipei Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

05.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés