Rencontre avec Ajo, icône du Cosplay à Taïwan : 20 ans de passion et de créativité

Ajo, passionnée de cosplay depuis plus de 20 ans, partage ses expériences, défis, et conseils pour les amateurs de cosplay à Taïwan.
Copyright : Ajo

Partager l'article

Insidetaiwan.net a eu le plaisir d’échanger avec Ajo, cosplayeuse taïwanaise renommée, qui pratique l’art du cosplay depuis plus de 20 ans. Passionnée, Ajo nous plonge dans son univers fascinant, partageant son parcours, ses inspirations et les défis qu’elle a rencontrés au fil de ses vingt années de carrière.

De la création minutieuse de ses costumes à la représentation vivante de personnages emblématiques, Ajo révèle les coulisses de cette pratique artistique et culturelle qui a conquis le cœur de nombreux Taïwanais, tout en offrant des conseils précieux à ceux qui aspirent à entrer dans le monde du cosplay.

Bonjour et merci de répondre à nos questions. Pourrais-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour chers lecteurs, je m’appelle Ajo. Je fais du cosplay depuis 2002, soit plus de 20 ans maintenant et je suis toujours aussi passionnée ❤️‍🔥.

Cos GBF Kumbhira sous l’eau – Copyright : Ajo

Nombre de nos lecteurs ne connaissent pas le cosplay. Peux-tu nous éclairer à ce sujet ?

Le cosplay, c’est le costume (Cos) + le jeu (Play), ou le jeu de rôle. C’est un passe-temps qui vous permet de vous amuser en incarnant votre personnage favori (NDR : souvent 2D ou 3D mais également de films, de séries ou historiques…).

Comment as-tu découvert cet univers et qu’est-ce qu’il t’apporte ?

J’ai découvert le cosplay parce que j’ai toujours aimé l’ACG (NDR : anime, comics and games subculture) et à ma participation à des activités liées à l’univers des doujin (NDR : magazines réalisés par des fans ou fanzines), et ce hobby a duré plus de la moitié de ma vie.

Il m’a tellement apporté : mes compétences en création d’accessoires faits à la main, l’expérience que j’ai acquise lors de diverses représentations sur scène et d’événements à l’étranger, le fait d’avoir créé des liens proches avec des amis, son impact sur ma confiance en moi et mon énergie positive… Il est difficile d’exprimer tout cela en une seule fois.

Quels défis majeurs as-tu rencontrés dans le cosplay jusqu’à présent ?

Dans le passé, alors que j’incarnais une nymphe, j’ai été confronté à une situation où mon équipement s’est avéré trop encombrant pour être transporté à l’étranger afin de participer à des activités au-delà des frontières. Cependant, j’ai réussi à surmonter cet obstacle par la suite.

Récemment, j’ai rencontré un problème plus difficile à surmonter. Lors de prises de vues sous-marines, les accessoires du personnage étaient pour la plupart en mousse, tels que les cornes de chèvre, de vache et les coiffes avec des cornes. Ils sont totalement incapables de s’enfoncer dans l’eau en raison d’une flottabilité trop forte, ce qui affecte gravement le processus de prise de vue sous-marine. En outre ces accessoires tirent les cheveux vers le haut.

À l’heure actuelle, nous n’avons pas trouvé de solution appropriée, de sorte que nous ne pouvons qu’utiliser Photoshop pour fabriquer les coiffes après la prise de vue.

Parmi tous les rôles que tu as joués, lequel préfères-tu ou auquel attaches-tu une importance particulière ?

J’ai joué beaucoup de rôles et il est difficile de n’en choisir qu’un seul 🤣.

Si je devais faire un choix, ce serait le personnage de Stocking dans Panty & Stocking. Cosplayer Stocking m’a poussé à relever de nombreux défis pour améliorer le personnage, y compris des performances scéniques, un entraînement au mouvement et à la posture, ainsi que de nouvelles façons de photographier. Cela a non seulement modifié mon apparence, mais aussi profondément impacté mon état d’esprit.

Clin d’oeil assise – Copyright : Ajo

Telles les ailes angéliques de Stocking dans le film original, une transformation m’a libéré de mon cocon pour me permettre de m’épanouir. C’est ainsi que mon tout premier livre de photos de cosplay est devenu le livre de photos de Stocking (2014).

Et puis, c’est pendant ma période de cosplay de Stocking que j’ai rencontré l’amour de ma vie 🥰 !

Rencontres-tu des obstacles spécifiques lors de la conception de tes costumes ?

La conception originale d’un personnage peut parfois être irréaliste ou peu ergonomique, ce qui rend difficile son adaptation de la bidimensionnalité (2D) à la tridimensionnalité (3D) de la réalité. Il est essentiel de chercher constamment des moyens de le rendre plus réaliste et de réfléchir profondément à cette problématique.

Lorsque je choisis le tissu et les accessoires pour les vêtements de chaque personnage, je recherche longtemps et je me sens épuisé. Cependant, dès que je trouve enfin un objet satisfaisant, je ressens une joie indescriptible. C’est vraiment un moment inestimable !

Cependant, dès que je trouve enfin un objet satisfaisant, je ressens une joie indescriptible

Ajo

Comment caractériserais-tu la culture cosplay à Taïwan ? Est-elle distincte de celle observée dans d’autres pays ?

Comparé à d’autres pays, je trouve que la scène de la culture cosplay à Taïwan est plus riche, colorée et variée. Comme dans une ville taïwanaise. Par exemple, à l’instar des panneaux de signalisation qui sont de couleurs différentes, ce qui les rend plus adaptés aux œuvres vives et aux thèmes puissants, comme c’est le cas dans les rues animées du pays.

Cependant, les attractions touristiques en périphérie et les studios de photographie se distinguent par leurs paysages naturels, leurs monuments et leurs bâtiments emblématiques et leurs scènes typiques, à l’instar d’autres pays.

A toi – Copyright : Ajo

Qu’aimes-tu le plus dans le cosplay ? Est-ce la créativité, l’interprétation des personnages, le sentiment d’appartenance à une communauté ou autre chose ?

J’aime tout ce qui est évoqué dans la question. En effet, c’est parce que le cosplay implique de ressentir toutes ces émotions à travers tout le processus.

En effet, c’est parce que le cosplay implique de ressentir toutes ces émotions à travers tout le processus.

Ajo

Dès le début, quand je choisis mon personnage préféré, je ressens de l’excitation et de l’impatience. Ensuite, pendant la création, je dois me pencher sur la construction du personnage et du costume, car c’est un personnage que j’apprécie énormément. Je prendrai beaucoup de plaisir à l’étudier, en réfléchissant à la meilleure manière de le représenter, que ce soit à travers le costume, la coiffure ou le maquillage. Cela me procurera un sentiment d’accomplissement, comme si j’avais résolu une énigme complexe.

Interpréter un personnage est à la fois stimulant et enrichissant d’un point de vue personnel. Pour moi, c’est incarner un rôle, se glisser dans la peau d’un acteur, et apprécier pleinement les aspects qui me plaisent dans le personnage, une expérience réellement réconfortante et gratifiante, comme la concrétisation d’un rêve d’enfant. Qui n’aurait pas envie d’endosser le costume d’un héros, d’une héroïne magique ou d’une princesse, en son for intérieur ?

La communauté me permet de m’épanouir davantage encore ! En échangeant avec des personnes partageant la même passion, nous abordons des sujets qui nous passionnent et nous nous faisons de nombreux amis, ce qui est profondément gratifiant pour moi.

Crois-tu que le cosplay te permet d’exprimer certains éléments de la culture taïwanaise ? Si oui, comment ?

Je pense que le cosplay, comme jeu de rôle, peut s’exprimer dans la culture taïwanaise de l’art et du spectacle sous la forme d’un théâtre de scène, où le rôle joué est présenté sur scène dans un spectacle dynamique à l’instar d’un spectacle de marionnettes.

Quels personnages de la culture taïwanaise as-tu joués ou aimerais-tu jouer dans le futur ?

J’ai interprété des personnages que l’on retrouve dans des bandes dessinées créées par des artistes taïwanais. J’ai incarné des personnages de Girl’s Arms de Zeco ou encore d’Enlisted Magical Girl de Mixflavar, deux œuvres vraiment géniales.

À l’avenir, je voudrais interpréter d’autres rôles écrits par mes auteurs taïwanais préférés !

Comment les gens te voient-ils quand tu leur dis que tu fais du cosplay ?

En règle générale, les retours sont très favorables. Et il n’y a aucun problème. Les gens s’intéressent aux sujets liés au cosplay, et je suis toujours ravie de partager la joie que cela m’apporte.

Quels sont tes futurs projets en tant que cosplayer ? As-tu des personnages ou des événements spécifiques que tu envisages ?

À l’avenir, je souhaite voyager dans d’autres pays où je ne suis jamais allée, afin de m’impliquer dans des événements cosplay, de comprendre la culture du cosplay à l’échelle mondiale et d’ouvrir mon esprit à de nouvelles perspectives.

Je souhaite tout particulièrement participer à des événements dans les pays occidentaux, tels que les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Australie et d’autres pays. En effet je n’ai participé qu’à des événements et des activités en Asie du Sud Est, et j’espère avoir l’occasion d’aller au-delà dans les années à venir.

Avec d’autres cosplayeurs – Copyright : Ajo

Quels conseils donnerais-tu à une personne souhaitant débuter dans le monde du cosplay, surtout à Taïwan ?

De nos jours, les ressources sont nombreuses par rapport à l’époque où j’ai débuté le cosplay. À l’époque, il était difficile d’obtenir une perruque par exemple.

Aujourd’hui, les boutiques spécialisées proposent un large choix de costumes et de perruques prêts à l’emploi de qualité pour les amateurs de cosplay. Même en cas de difficulté, les personnes intéressées peuvent demander l’aide de cosplayeurs expérimentés ou trouver de nombreux tutoriels en ligne sur le maquillage et la modélisation. Avec de la détermination, rien n’est impossible !

Tant que vous croyez en votre valeur pour le rôle que vous jouez, tout se passera bien. En fin de compte, incarner vos personnages préférés ne peut être que gratifiant, votre passion saura le reconnaître.

Beaucoup de gens à Taïwan ont des normes pour le cosplay, mais je crois que ces normes devraient s’appliquer uniquement à vous-même et à personne d’autre.

Le cosplay est une activité divertissante. Pourquoi ne pas en profiter ?

Comment interagis-tu avec tes fans et la communauté du cosplay ? Cela influence-t-il tes choix de personnages ou de projets ?

J’agis selon mes envies, de manière très spontanée 😆.

En règle générale, ma communauté n’influence que rarement ma décision concernant le personnage que je choisis ou le travail que j’entreprends, car je veux simplement faire ce que j’apprécie.

Comment vois-tu l’évolution du cosplay à Taïwan au cours des prochaines années ?

Ces dernières années, de plus en plus de jeunes et même des mineurs se lancent dans le cosplay à Taïwan. C’est positif, mais il est important que cette tendance soit saine et positive.

Si vous êtes mineur, informez vos parents que votre loisir est sain et bénéfique, que vous partagez vos créations avec votre famille et que vous pouvez gérer vos propres activités avant de vous investir dans ce type de divertissement.

Ma mère me questionne souvent sur le personnage que je vais choisir pour mon prochain cosplay. Il est important que ma famille comprenne et valide mon choix, quels que soient mes loisirs.

Depuis que j’ai commencé à pratiquer le cosplay, j’ai remarqué une plus grande acceptation de cette pratique à Taïwan. Cela me rend vraiment heureuse de constater que le cosplay se développe davantage dans mon pays, avec moins de comportements négatifs voire néfastes envers cette forme d’expression.

Sourire – Copyright : Ajo

Pour finir, quels sont les trois lieux les plus propices pour te rencontrer à Taïwan ?

Je participe surtout à des événements à Taipei. Et les événements où vous avez le plus de chance de me croiser sont le FF (NDR ; Fancy Frontier), PF (NDR : Petit Fancy) et CWT (NDR : Comiw World Taiwan) à Taipei !

Cos GBF Kumbhira Anila – Copyright : Ajo

Découvrir l’univers d’Ajo 阿兆


📰 En savoir ➕ 📰

Pour #approfondir et #compléter votre lecture, nous vous recommandons de découvrir les articles suivants :

  •  Musée de la bande dessinée à Taïwan Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.
  •  On Happiness Road, film d’animation taïwanais Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.
  •  Evgeny Bondarenko, dessinateur de la Tour 101 Lire l’article en cliquant sur le lien suivant.


📱 Nos newsletters 📱

Abonnez-vous gratuitement à nos newsletters thématiques sur insidetaiwan.net pour des mises à jour régulières, des insights et une exploration approfondie de Taiwan, allant de sa culture à ses évolutions économiques et sociales.

  • ⏯ Votre #Echo de Taïwan : Un aperçu de Taiwan, avec des anecdotes, des actualités, du vocabulaire, des faits culturels et bien plus pour tous les publics.
  • ⏯ Newsletter #Economique Des analyses approfondies sur les tendances, opportunités et défis économiques de Taiwan, un acteur clé mondial
  • ⏯ Newsletter #Touristique : Des découvertes, des conseils, des activités, des astuces et des promotions pour explorer la diversité de Taïwan.
  • ⏯ #Perspectives Taïwanaises : Explorez la société taïwanaise, mettant en lumière ses tendances, débats et transformations actuelles.


💞 Soutenez-nous 💞

  • ⏯ Nous soutenir #financièrement
  • ⏯ S’inscrire à nos #Newsletters
  • ⏯ Nous suivre sur nos #réseaux sociaux
  • ⏯ Devenir #partenaire
  • ⏯ Proposer des #articles et du #contenu
  • ⏯ Découvrir nos offres #professionnelles (Publicités, Conseils…)

Pour découvrir nos offres rendez-vous sur la page dédiée (Nous soutenir) ou contactez-nous pour collaborer avec nous.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Luc

    Fondateur du webzine francophone Insidetaiwan.net Consultant en développement international 🚀des entreprises en Asie du Sud-Est #Taiwan #Tourisme #Société #Culture #Business #Histoire #Foodie

    Voir toutes les publications

Vous aimez Inside Taïwan ?
Devenez acteur de ce projet

Laisser un commentaire

02.
04.

Abonnez-vous à nos newsletters pour une exploration approfondie de Taiwan

Contenus sponsorisés